Des informations précises et le conflit actuel en Ukraine

par | Mar 25, 2022 | Actualités, Conflit en Ukraine | 0 commentaires

« Quand la guerre arrive, la première victime est la vérité » : cette phrase est attribuée au sénateur américain Hiram Johnson en 1917, au plus fort de la Première Guerre mondiale. Des années plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, le Britannique Winston Churchill a déclaré qu’« en temps de guerre, la vérité est si précieuse qu’elle doit être protégée du mensonge par un garde du corps». Un siècle s’est écoulé depuis qu’ils ont été prononcés, et jamais autant qu’aujourd’hui nous ne pouvons mesurer les conséquences qu’ils ont, étant donné l’immense progrès des communications mondiales et l’accès quasi instantané aux données et aux événements partout dans le monde.

Ces arrêts nous indiquent qu’il existe un domaine – l’information elle-même et l’accès à celle-ci – qu’aucune partie belligérante dans une guerre ne peut ignorer si elle souhaite imposer sa vision à son peuple. Poutine en est bien conscient et, comme nous l’avons noté la semaine dernière, il a coupé la possibilité pour le peuple russe d’obtenir des informations de sources autres que les « sources officielles » du Kremlin. Il peut ainsi imposer (ou du moins tenter d’imposer) sa vision déformée du pourquoi et du comment de cette ignoble invasion.

Le rôle de la communication dans le contexte de l’invasion de l’Ukraine

Il est évident que les immenses progrès réalisés dans le domaine des communications ont rendu la situation actuelle très différente de celle des deux guerres mondiales du XXe siècle. À l’époque, ils utilisaient des moyens qui nous semblent aujourd’hui archaïques (pigeons voyageurs, télégraphes, coursiers…), alors qu’aujourd’hui, l’information circule grâce à des communications cryptées via le réseau de satellites qui entoure notre planète, et grâce aux smartphones avec connexion Internet. L’information qui pouvait alors prendre des jours, des semaines ou même des mois pour se propager, atteint aujourd’hui n’importe quelle partie du globe en quelques secondes seulement. Cela a également entraîné des problèmes, notamment :

  1. les « fake news », c’est-à-dire le fait d’inonder les réseaux d’informations fausses ou au moins biaisées afin de fausser l’opinion publique et de déformer la vérité ; et
  2. empêcher l’accès à des informations véridiques.

Ces deux questions sont essentielles pour contrôler le « récit » de l’invasion de l’Ukraine et de tant d’autres conflits dans le monde aujourd’hui.

Nous pourrions nous demander quelles informations nous recevons, selon l’endroit où nous vivons :

  1. Dans la grande majorité des pays du monde, l’internet reste une ressource d’information gratuite.
  2. Pour autant que nous le sachions, les Ukrainiens peuvent toujours accéder à n’importe quelle source d’information, et le gouvernement ne filtre pas l’internet pour en limiter l’accès. Et ce, malgré les attaques de l’armée russe sur les antennes de communication.
  3. Le peuple russe subit une censure intense de ses sources d’information. Le gouvernement russe a interdit non seulement les médias, mais aussi les sites web et les réseaux sociaux mondiaux : le Kremlin tente de cacher aux quelque 122 millions d’internautes russes le fait que la guerre ne s’est pas déroulée comme prévu. Selon l’Open Observatory on Network Interference, la Russie censure les sites web de différentes manières : en publiant une liste de sites que les fournisseurs d’accès Internet doivent bloquer eux-mêmes, ou en restreignant les services de manière « centralisée ». Ainsi :
    • Les réseaux sociaux Facebook, Instagram et LinkedIn sont censurés.
    • TikTok et Twitter ont un accès restreint.
    • Il y a quelques jours, nous avons lu que YouTube était également dans le collimateur du Kremlin et serait très probablement censuré prochainement.
    • WhatsApp et Telegram fonctionnent toujours, du moins pour l’instant.
    • Les principaux portails d’information internationaux ont été bloqués sur le territoire russe.
    • Les médias indépendants en langue russe (c’est-à-dire non gouvernementaux), tels que Current Time TV ou le portail d’information Meduza, ont été bloqués.

À toutes fins utiles, cela signifie que la grande majorité du peuple russe ne peut apprendre la réalité de l’invasion que par les médias pro-gouvernementaux, dont la vision déformée est bien connue. Les citoyens ordinaires de la Russie sont durement touchés par cette guerre des récits. Seule une petite fraction de Russes, suffisamment avertis pour utiliser des réseaux privés virtuels (VPN), est en mesure d’accéder à des informations qui ne sont pas conformes à l’interprétation du Kremlin.

On pourrait donc dire qu’il existe une autre guerre – contre l’information – parallèle à la guerre sur le terrain, qui touche également des millions de personnes, cette fois la population russe.

Lorsque l’on entend dire que Volodymir Zelensky, le président ukrainien, a « gagné la bataille du récit » face à Poutine, c’est, entre autres, parce que Zelensky a su utiliser les médias, parfois dans des situations précaires, et informer le monde entier des événements qui se déroulaient dans son pays, en accompagnant ses propos d’images et de vidéos d’une crudité indéniable.


Il n’y a rien de bon dans l’ignorance. Nous avons tous le devoir de rechercher la vérité, et aucun gouvernement n’a le droit de cacher la vérité, et encore moins d’empêcher son peuple d’y avoir accès.

Les croyants, quant à eux, doivent rechercher, défendre et proclamer la vérité. C’est pourquoi nous ne sommes pas indifférents ou neutres, nous ne pouvons pas rester silencieux ou tomber dans une sorte de « fatigue de la compassion », en nous isolant dans nos bulles confortables et en ignorant des faits qui – semble-t-il – ne nous touchent pas directement. Mais nous y réfléchirons un autre jour.

« Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres » (Jean 8:32).

Commission de communication de la famille vincentienne.

Tags:

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

VinFlix

Pin It on Pinterest

Share This