Trouvez un besoin. Demandez ce que vous pouvez faire pour aider. Et faites-le. #JeSuisVincent

par | Avr 30, 2016 | Formation, Société Saint-Vincent-de-Paul | 0 commentaires

nickvolk.facebook

Fais-le. Vous savez que c’est la devise de Nike ®. C’est l’expression qu’un membre de la Société de St. Vincent de Paul, Nick Volk, utilise comme mantra et son conseil à tout volontaire futur ou actuel.

Volk a peu de patience pour les gens qui disent qu’ils aimeraient faire du bénévolat, mais qu’ils n’ont pas le temps, les compétences, les bonnes connexions ou l’endurance physique. Il avait un emploi à temps plein quand il a commencé. Il savait à peu près rien sur le logement. Il a environ 80 ans maintenant et n’a pas l’intention de ralentir.

Son conseil à ceux qui restent encore sur la touche : Trouvez un besoin. Demandez ce que vous pouvez faire pour aider. Et faites-le.

Dans un article inspirateur de l’édition en ligne de Toronto Star intitulé « Conte Instructif pour bénévoles irrésolus » (Instructive tale for irresolute volunteers), le chroniqueur Carol Goar écrit :

« Quand Nick Volk s’est diplômé de l’Université de Harvard avec un diplôme en relations internationales, personne n’aurait deviné qu’il allait se retrouver dans la construction de logements abordables à Toronto. »

Il voulait se joindre à la marine des Etats-Unis, voir le monde, se plonger dans d’autres cultures et passer sa vie en tant que diplomate globe-trotter.

Une grande partie de cela s’est réalisée.

Le lendemain de sa convocation, ce New Yorker de 21 ans s’est dirigé vers un bureau de recrutement de la marine et a signé. Au cours des trois prochaines années, il a vu une grande partie de l’Extrême-Orient. Toujours en quête d’aventure quand il a quitté la marine, il a passé six mois en randonnée à travers les Philippines, l’Asie du Sud-Est et en Inde.

A 24 ans, il est retourné aux États-Unis, a épousé la femme qu’il avait laissée en arrière et a rejoint le Service Extérieur des Etats-Unis. Sa femme Barbara et lui ont servi au Cambodge, en Thaïlande et au Bangladesh. En 1964, Volk est retourné à Washington pour savoir où il serait envoyé.

A sa grande surprise, c’était Toronto. Il devait devenir directeur de la communication du consulat des Etats-Unis. Volk ne s’attendait pas à y rester longtemps. Mais sa femme et lui sont tombés amoureux de l’endroit. « Cinq ans plus tard, le Département d’Etat a voulu nous expédier à nouveau, j’ai donc démissionné ».

Il a obtenu un emploi dans les relations publiques à Radio-Canada et est resté 23 ans. Deux de ses six enfants sont nés dans ce pays. Il est devenu président du Club Harvard de Toronto et directeur de l’Association des Anciens Etudiants de Harvard au Canada. Les choses allaient à merveille jusqu’à ce que sa femme rentre un jour et lui dise : « Que dirais-tu d’aider les pauvres ? Tu as aidé les riches. »

Pris de court, Volk est devenu bénévole de la Société de Saint Vincent de Paul, un organisme de bienfaisance catholique qui fournit de la nourriture, des vêtements, des meubles et de l’amitié aux personnes dans le besoin. Ce qu’il a vu lors de ses visites l’a épouvanté. « J’allais dans certains endroits épouvantables et je ne pouvais pas imaginer des personnes vivant là. Alors j’ai dit, ça y est, je dois construire des logements. »

Volk n’avait aucune connaissance de l’industrie de la construction, aucune expérience de collecte de fonds, aucune formation en ingénierie ou en conception et pas de qualifications évidentes pour être un développeur. Les deux choses qu’il avait étaient des compétences de recherche et la capacité de connecter avec les gens.

Il a trouvé un agent immobilier qui a mis à disposition un terrain de 1,5 acres à East York (anciennement occupé par un entrepôt et centre commercial) pour 92,3 millions $. Il a alors exercé des pressions sur le premier ministre d’alors Bob Rae pour fournir 23 millions $ et a engagé un architecte, a pris des soumissions des entreprises de construction et a émis un contrat. Il a travaillé avec la ville de Toronto, la province et la Société de Saint Vincent de Paul pour créer un immeuble de 164 appartements à prix abordable avec de grandes salles de réunion et beaucoup d’espace commun pour que les résidents puissent se connaître les uns les autres et que leurs enfants puissent jouer en toute sécurité. Gower Place a ouvert ses portes en 1994 « avec un certain doute et un certain succès », at-il rappelé.

Le doute s’est évaporé en 2000 lorsque le projet a remporté un prix d’excellence de l’Association du Logement sans But Lucratif de l’Ontario car « il répond aux besoins de la communauté locataire avec imagination et perspicacité. »

Mais Volk avait déjà évolué. Il a rejoint une équipe d’Habitat pour l’Humanité qui construisait à Waterloo. L’organisation caritative américaine, défendue par l’ancien président américain Jimmy Carter, était à ses débuts au Canada. Il y avait une branche avec un employé. Volk est devenu président de son conseil d’administration canadien et a embauché un jeune manager talentueux nommé Neil Hetherington qui a transformé l’organisation en l’un des organismes de bienfaisance de logement les plus dynamiques et les plus respectés dans le pays.

Devenu un fier citoyen canadien, Volk se lance dans son dernier projet, un développement de logements sans but lucratif de 250 unités à East York conçu pour répondre aux besoins des familles dirigées par une mère. Il travaille avec l’East York East Family Resources (EYET), qui a 30 ans d’expérience dans le quartier, et le Daniels Corp., un développeur leader de logements sans but lucratif. Il vise à maintenir les loyers à 25 pour cent du taux de marché en utilisant des terrains appartenant à la ville, en puisant dans le financement des infrastructures fédérales et provinciales et le financement hypothécaire privé ainsi que des dons personnels et corporatifs. « Je continue à appuyer sur tous les boutons que je peux trouver. »

Volk a peu de patience pour les gens qui disent qu’ils aimeraient faire du bénévolat, mais qu’ils n’ont pas le temps, les compétences, les bonnes connexions ou l’endurance physique. Il avait un emploi à temps plein quand il a commencé. Il savait à peu près rien sur le logement. Il a environ 80 ans maintenant et n’a pas l’intention de ralentir.

Son conseil à ceux qui restent encore sur la touche : Trouvez un besoin. Demandez ce que vous pouvez faire pour aider. Et faites-le.

« Tout à fait inspiré par la SSVP », dit Nick. #NickisVincent. Vous pouvez l’être aussi. Faites-le !

Traduction: Yasmine Cajuste

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

VinFlix

Pin It on Pinterest

Share This