Accompagner le parcours d’un réfugié. Qu’est-ce que nous avons entendu ? Quelles actions allons-nous mettre en pratique ?

par | Juil 19, 2022 | Formation | 0 commentaires

La deuxième conférence internationale de l’Alliance FamVin avec les persones sans-abris a eu lieu à Séville du 7 au 9 juin. La réalité des réfugiés, des personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et de la traite des êtres humains a été discutée longuement et calmement. Le texte qui suit est un résumé des discussions et des perspectives d’avenir.

Alors que nous arrivons à la fin de notre Conférence, nous partirons chacun avec nos propres pensées et réflexions sur ce que nous avons vu et entendu au cours des trois derniers jours.

Nos expériences sont personnelles et individuelles.

Mais, comme Sœur Carol nous l’a rappelé hier, nous ramenons aussi les pensées des unes des autres.

Alors, je peux peut-être partager mes réflexions qui pourraient à leur tour vous amener à réfléchir un instant sur ce que nous avons tous entendu.

Pour moi, le travail de cette Conférence, et à son tour le travail de notre Famille Vincentienne alors que nous accompagnons un réfugié, commence avec les femmes et les hommes que nous rencontrons en cours de route.

Nous avons rencontré le jeune garçon du Cameroun, André, qui a partagé son histoire tragique de la vie dans son pays et comment les Sœurs Vincentiennes apportent de l’espoir ici en Espagne.

Et nous avons été émus par le courage de Feith du Nigéria, qui a tant enduré dans sa jeune vie, mais qui est maintenant la fière mère de trois jeunes enfants.

Certains d’entre nous ont rencontré les gens des projets hier après-midi et Sarah nous a parlé du courage d’un jeune de 16 ans et de sa détermination à commencer une nouvelle vie pour aider sa famille restée dans le pays d’origine.

Notre travail, et cette Conférence, prennent un sens dans la vie des personnes que nous rencontrons au cours de notre chemin.

Dans son homélie d’ouverture, Mgr. Vitillo a parlé de l’importance d’aborder à la fois les dimensions spirituelles et les solutions techniques alors que nous relevons le défi d’accompagner les personnes réfugiées. Et dans son accueil, Sœur Maria del Carmen nous a demandé de toucher le cœur de tous, de chercher à accompagner chaque réfugié, alors que nous cheminons ensemble. Nous avons été encouragés à ouvrir les yeux sur la réalité de notre société et à chercher à construire des ponts entre les riches et les pauvres.

Pr. Bob Maloney nous a rappelé l’héritage Vincentien de prendre soin des réfugiés et des personnes déplacées, en commençant par la guerre en Lorraine au 17e siècle et en continuant à ce jour. Le Père Bob nous rappelle que nous faisons partie de cet héritage – je trouve cela inspirant, stimulant, nous remplissant de modestie. Mais comme nous l’avons vu dans les récits de notre travail, la Famille Vincentienne ne recule pas devant le défi.

Comme toujours, le Père Bob s’est appuyé sur les expériences du passé pour tracer des orientations pour l’avenir, et nous ferons bien de tenir compte de ses cinq espoirs alors que nous franchissons nos prochaines étapes.

Mgr. Vitillo nous a rappelé que la Sainte Famille a vécu la vie de réfugiée. Et il a attiré l’attention sur la valeur ancienne et universelle de l’asile en tant qu’expression de notre humanité commune. Ces valeurs sont menacées et un travail acharné est nécessaire à les Nations Unies et dans d’autres forums pour mettre en place des cadres, souvent éclairés par la doctrine sociale de l’Eglise, pour défendre ces droits humains fondamentaux. Nous avons pris connaissance du plan en 20 points qui englobe le cadre et de sa simplification en quatre verbes : Accueillir, Protéger, Promouvoir et Intégrer.

Et nous avons entendu parler d’une autre personne pendant le parcours : la femme syrienne qui devait enterrer son fils en Terre Sainte, avant de pouvoir avancer dans sa vie.

Ce ne serait pas une vraie Conférence sans un peu de travail en groupe! Et nous avons pris le temps de discuter de ce que nous avions entendu et de ce que nous voulions voir pour l’avenir. Les riches résultats ont été capturés par Yasmine et ses collègues.

Lundi après-midi, nous avons été confrontés à la dure réalité de la migration forcée :

  • Le Père Joel a évoqué de nombreux problèmes, notamment le travail forcé et les industries extractives, mais a brossé un tableau d’espoir dans le Village de Solidarité Mélanésienne.
  • Sœur Francely a parlé de la réponse à l’éruption volcanique au Guatemala et comment les communautés elles-mêmes nous guident sur le chemin du rétablissement. (Elles nous montrent le chemin).
  • Parfois, les dimensions nous dépassent et le récit des déplacés du Tigré en est un exemple (4,5 millions contraints par le conflit à quitter leur foyer). Sr Hiwot nous a dit comment la Famille Vincentienne qui travaille ensemble apporte de l’espoir – et qu’elle est plus forte grâce à la collaboration.
  • L’ampleur de la catastrophe en Ukraine est également énorme : 6,5 millions de réfugiés et 8 millions de personnes déplacées. Le Père Vitaliy a rendu cela personnel pour nous, décrivant des gens qui couraient pour s’enfuir. Mais nous avons également parlé des traumatisés et des désespérés – et comment les plus pauvres des pauvres sont ceux qui restent dans le pays de résidence et sont maintenant servis par la Famille Vincentienne.
  • Matthew nous a rappelé que tous les gens ont les mêmes rêves, que ce soit à Londres ou à Alep. Ils rêvent d’abri, de nourriture, d’éducation pour leurs familles. Une vie meilleure. Un simple instinct humain.

A partir de cette session, j’ai mieux compris comment je pourrais accompagner un réfugié : l’importance du langage, du message (sécurité, espoir) et du défi – comment annoncer la Bonne Nouvelle aux autres au milieu d’une tragédie ?

Nous avons commencé mercredi matin avec quelques mots inspirants de Yasmine, basés sur les discussions de la veille.

Le panel sur la traite des êtres humains nous a fourni une vaste gamme de défis émotionnels et intellectuels :

  • Sr Olivia a parlé de la pratique inhumaine de traiter une personne comme un objet. Et elle nous a montré comment ces 4 verbes dont nous avons entendu parler peuvent être mis en pratique pour soigner les victimes au Ghana et au Nigeria, et comment le projet Kumasi trouve sa place dans la Campagne 13 Maisons – une histoire de collaboration Vincentienne.
  • J’ai évoqué l’histoire de Feith d’avance, et je pense qu’aucun d’entre nous n’oubliera ce qu’on a entendu de son expérience. Nous sommes rassurés qu’elle ait survécu et prospéré, mais nous sommes motivés à faire plus en sachant que beaucoup d’autres n’ont pas cette chance.
  • Quel témoignage merveilleux et inspirant de Sr Magdalena ! On nous rappelle qu’en accompagnant les personnes réfugiées dans leurs voyages, nous marchons sur une terre sacrée. Nous devons avancer prudemment. Et nous avons entendu à nouveau des histoires individuelles; Mireia, 15 ans, dans un camp d’internement et Lovad avec son nouveau bébé. Ceux qui ont eu la chance de visiter les projets hier ont vu un autre témoignage du travail de Sr Magdalena et de ses sœurs. Dieu est vraiment présent dans leur travail.
  • Mick Clark a expliqué le lien entre le sans-abrisme et l’esclavage moderne et le travail de The Passage à Londres pour y remédier. Mick nous a rappelé, après St Vincent, de parler peu et de faire plus.
  • Sœur Sally nous a donné une vue d’ensemble en abordant la question de savoir comment la société peut cesser de traiter les gens comme des marchandises. Un système économique informé par la doctrine sociale de l’Eglise montre la voie et nous aidera à faire face à la mondialisation de l’indifférence. Sr Sally a exposé la réponse Vincentienne et nous ferions tous bien de réfléchir à ces mesures dans notre propre travail.

Nous avons eu le privilège d’entendre le Père Baggio, C.S., parler de son travail au sein du Dicastère pour le développement humain intégral, et de l’intérêt tout particulier que le Pape François porte à la cause des migrants et des réfugiés. La culture de la rencontre met au défi de penser à de nouvelles façons d’aborder la question : comment puis-je vraiment accompagner le réfugié dans son voyage? Quels sont les changements que je dois faire moi-même ?

« La vie est l’art de la rencontre ». « L’étranger est l’ami que je ne connais pas encore ».

Nous avons appris que le Dicastère a publié un document sur la façon d’accueillir les réfugiés dans la communauté paroissiale – quelque chose que nous devons également considérer ?

Les défis pour créer une nouvelle vie avec Sr Petra de Slovaquie et David de Depaul Irlande. Le parcours continue même lorsqu’ils atteignent un nouveau pays. J’ai été frappé par la rapidité de réponse au besoin. Huit sœurs accueillent des réfugiés à la frontière slovaque/ukrainienne dès le début de la crise. Depaul Ireland s’assurant que les réfugiés reçoivent un accueil chaleureux. Être à l’écoute des besoins des nouveaux arrivants et faire du lobbying auprès du gouvernement en leur nom.

C’était bien de prendre du temps pour la Réflexion Apostolique à la fin de notre deuxième journée, et nous avons partagé notre inspiration et notre affirmation pour le travail de la Famille Vincentienne de différentes manières.

« Nos cœurs brûlent en nous ».

Ensuite, la performance silencieuse, après les visites des projets, ont été un véritable moment fort de notre temps ensemble. Le véritable pathos et le pouvoir de la mise en scène d’un parcours d’un réfugié avec toutes ses épreuves et ses tribulations. L’énergie pure et la joie des jeunes désormais libres de mener une vie meilleure. Bravo à eux et aux Filles de la Charité de Séville pour leur excellent travail d’accompagnement de ces jeunes gens arrivés en Espagne !

Jeudi matin, nous avons entendu Rhea qui a été une réfugiée et maintenant est une professionnelle de l’aide humanitaire. Se référant à son expérience personnelle, elle a exprimé ce que cela faisait d’être déracinée « physiquement, mentalement, spirituellement ». Comment pouvons-nous remettre en question les droits des réfugiés à chercher une vie meilleure ? Elle a parlé de racisme systémique – la différence dans notre traitement des réfugiés ukrainiens par rapport à ceux qui arrivent d’autres parties du monde? Notre sentiment de privilège et de supériorité en pensant que nous connaissons les réponses mieux que les réfugiés eux-mêmes. Nous devons être conscients de nous-mêmes et écouter. Ne pas imposer mais être guidé.

Dans notre dernier panel, nous avons vu comment les gens « gèrent l’adversité ». Sarah du Liban nous a rappelé qu’il n’est parfois pas facile d’accueillir des réfugiés. Le Liban est un beau pays avec des gens merveilleux, mais il a maintenant lui-même besoin d’aide humanitaire. Ils n’ont pas les ressources pour accueillir les autres. Que pouvons-nous faire pour aider les pays qui supportent trop le fardeau ? Ils sont souvent oubliés ou négligés? Comment pouvons-nous plaider pour qu’ils reçoivent un règlement juste?

Tony, comme Sr Sally plus tôt, a souligné l’hypocrisie et l’iniquité de l’accueil des migrants comme une marchandise. Nous avons besoin d’eux pour cueillir des récoltes avec de bas salaires, mais nous leur refusons le droit de rester et de construire une vie. Il a souligné le terrible traitement des enfants non accompagnés qui enfreint toutes les conventions des droits de l’homme.

Jim a parlé de l’importance du plaidoyer et de l’utilisation de toutes les plateformes possibles pour changer le discours sur les réfugiés. Nous devons raconter leur histoire et remettre en question les fausses hypothèses. Nous devons amener les réfugiés aux tables du pouvoir et les laisser parler pour eux-mêmes – comme nous prévoyons de le faire aux Nations Unies en juin 2023.

Jack nous a rappelé les horreurs des réfugiés délocalisés et comment, même à terre, nous restreignons leurs droits de vivre, de travailler et de prospérer. Cependant, il a ensuite montré comment la Famille Vincentienne en Australie offre la communauté, l’inclusion, le respect et un lieu de sécurité conformément à la doctrine sociale de l’Eglise. Aussi, comment nous pouvons réussir à faire pression sur le gouvernement pour le changement.

Sur la base de ce que nous vous avons entendu dire et de la capacité organisationnelle de la Famvin Homeless Alliance, nous proposons de poursuivre sept actions à l’issue de cette Conférence.

  • Nous aiderons à construire un réseau rassemblant des Vincentiens travaillant avec des réfugiés et des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays. À l’appui de cet objectif, nous développerons une série de webinaires et partagerons en ligne des toolkits sur les meilleures pratiques. Ceux-ci reprendront également des thèmes transversaux tels que la traite des êtres humains, le changement climatique, etc.
  • Nous nous engagerons dans un programme qui aidera à renforcer les capacités de plaidoyer au niveau local en utilisant les meilleures pratiques existantes au sein et au-delà de la Famille Vincentienne. Nous développerons également un mécanisme pour alimenter nos expériences collectives au niveau local dans des Campagnes de plaidoyer mondiales plus importantes, par exemple, les Nations Unies et l’UE travaillant avec d’autres partenaires et réseaux.
  • Nous veillerons à ce que notre exercice de cartographie mondiale de la Famille Vincentienne soit étendu à ceux qui travaillent avec les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays et les inviterons à participer à nos forums.
  • Nous travaillerons en collaboration avec le Bureau de la Famille Vincentienne et les Chefs de la Famille Vincentienne à l’échelle mondiale pour nous assurer que nous sommes mieux préparés à réagir en cas de catastrophe en créant un protocole et un cadre conjoints pour assurer une action coordonnée.
  • Nous fournirons des toolkits et des webinaires pour mieux comprendre comment Laudato Si et Fratelli Tutti pourraient informer notre travail et, en particulier, la culture de la « rencontre » et de « l’accompagnement ».
  • Nous aiderons chaque membre de la Famille Vincentienne à développer des « projets de la Campagne 13 maisons » visant à soutenir les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.
  • Nous continuerons à répondre à la Famille Vincentienne en organisant des Conférences (comme celle-ci) sur des thèmes spécifiques. L’année prochaine, à Manille, nous nous concentrerons sur les habitants des bidonvilles.

Merci à tous pour votre participation.

Mark McGreevy, OBE
Depaul Group

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

VinFlix

Pin It on Pinterest

Share This