Comme presque tous les vendredis, depuis six ans, Ramona est arrivée ivre en distribuant des câlins et des baisers à ses amis/es (avec son haleine de rhum ou de drogues bon marché et son petit corps mince). Il y a toujours une volontaire qui l’attend dans la cour de l’école paroissiale San Pedro Apóstol, pour l’écouter patiemment et l’accompagner avec amour. C’est toute une lutte pour lui faire avaler quelque chose ou pour qu’elle prenne des vêtements pour elle, parce qu’elle emporte toujours la nourriture ou les vêtements pour ses enfants adultes ou son ex-mari qui la maltraitent. Quand on demande à Ramona pourquoi elle n’arrête pas de penser à eux, elle se dérobe toujours avec une histoire de sa vie passée quand elle était une prostituée célèbre dans le quartier ou des VIP qu’elle a rencontrés à cette époque ou de ses goûts gastronomiques méticuleux ou la réponse significative « ce sont mes enfants ». Elle n’aime pas parler en profondeur de ses motivations, alors nous changeons de sujet et nous nous concentrons sur les câlins et les baisers, qui lui conviennent mieux.

Il y a plus de huit ans, un groupe de jeunes adultes venus de différents ministères de jeunesse de l’Archidiocèse de Santo Domingo, désireux de continuer à approfondir leur être et leur travail en tant que chrétiens, ont découvert avec curiosité l’expérience de la Communauté Sant’ Egidio*. Nous avons commencé par une rencontre hebdomadaire de prière et de partage de la Parole. Mais, des années plus tard, après avoir été témoins de l’expérience communautaire de Sant’ Egidio à Cuba et de la pastorale de rue au Brésil, nous avons compris que notre réponse de foi tournait autour de l’amitié avec les personnes vivant dans la rue.

Sachant que, dans notre pays, la République Dominicaine, l’indigence est normalisée et que les personnes qui vivent dans cette situation sont marginalisées et invisibles, nous avons commencé une action communautaire pour donner une réponse évangélique à cette situation.

Aller vers les périphéries

Vif et chanteur, Luisito est arrivé, encourageant malgré son ivresse le groupe qui se réunissait dans la cour pour partager la Parole et le repas. Comme toujours, ses chansons « mondaines » ont provoqué les applaudissements de beaucoup et les plaintes des autres. Mais ainsi est Luisito quand il arrive ivre, diamétralement opposé au Luisito sérieux qui arrive quand il est sobre. Luisito est aimé tel qu’il est. Il nous a avoué à l’occasion que, même s’il n’a pas besoin de dîner, il aime se joindre à nous parce qu’il se sent aimé. Il le dit calmement. Et, comme lui, beaucoup d’autres l’ont admis.

Un simple geste de quatre jeunes pour partager un repas chaud tous les vendredis avec des personnes démunies de la paroisse San Pedro Apostol est devenu une vague qui a attiré d’autres jeunes adultes désireux de partager leur vie dans un service significatif. Avec cette acceptation du projet de pastorale de la rue, le service a pu être étendu et ce n’était plus seulement dans ce parc de Villa Consuelo ou aux personnes âgées qui vivaient dans la solitude dans la zone paroissiale, mais nous sommes sortis pour « aller vers les périphéries », tard le soir, à travers le centre historique de la ville coloniale et ses environs, cherchant à partager avec ceux qui vivaient dans les rues de ces quartiers. Le service du repas et de la Parole partagée de tous les vendredis de l’année (presque en permanence), est passé de l’accueil de 40 personnes de Villa Consuelo et Zona Colonial, à l’assistance, aujourd’hui, à environ 140 âmes (y compris d’autres bidonvilles) qui, plus que la nourriture du corps, sont en quête d’un bon traitement, d’attention, d’écoute, d’affection, de compréhension, de l’AMITIE des bénévoles qui participent à cet espace de service.

La pastorale de la rue ne reçoit aucune subvention. Elle est soutenue par des cœurs généreux (y compris celui des bénévoles) qui donnent le matériel (nourriture ou vêtements). Il y a eu des vendredis d’incertitude où nous ne savions pas d’où viendrait la nourriture, mais la providence divine ne nous abandonne jamais et, comme pour les pains et les poissons multipliés, le repas suffit pour tous.

Partager de la nourriture avec une personne vivant dans les rues de Saint-Domingue

Plus qu’un repas et la Parole

Juan était un vieil homme malade qui vivait dans les rues de la ville, faisant tout ce qu’il fallait pour survivre. Un jour, Juan s’est laissé convaincre et a accepté d’aller vivre chez des religieuses qui ont ouvert leurs portes à sa cause. Là, il a reçu des soins médicaux, de la nourriture et de l’affection. Chaque fois que c’était possible, nous lui rendions visite, en particulier Griny, une volontaire qui devint son amie fidèle. C’était une amitié puissante qui a transformé non seulement la vie de Juan, mais aussi celle de Griny. Malheureusement, Juan n’a pas vécu longtemps dans ce « paradis », mais il n’est pas mort dans la rue face à l’indifférence de la société ; il est mort aimé par ses amis/es.

Au cours de ces années, outre le geste de partager le repas et la Parole et d’établir une amitié avec eux, il a été possible d’étendre le service en cas d’extrême urgence ou de découvrir une occasion de transformer des vies. Il a été possible d’accompagner de vieux amis et d’améliorer leurs conditions de vie en les plaçant dans des asiles ou en cherchant à obtenir des soins médicaux d’urgence ; ou il a été possible de soutenir la promotion de certains jeunes qui, avec volonté, ont voulu quitter cette vie (et leurs dépendances) afin de se construire un avenir meilleur.

Le rêve est de pouvoir faire plus en tant que groupe qui n’a cessé de mûrir. Cela fait six années ininterrompues de cette action et c’est le désir que cette étape fasse germer un projet plus large d’attention et de promotion de nos frères et sœurs vivant dans les rues de la ville de Santo Domingo, en République Dominicaine.

Une amitié très spéciale

« Dario est mort, il est tombé d’un pont » ; on l’a peut-être poussé. Un vendredi, nous avons reçu cette douche froide. Ceux d’entre nous qui le connaissaient depuis le début du service en 2013 étaient sous le choc. Notre ami Darío, le membre espiègle du groupe, est mort tragiquement dans la rue où, Dieu sait combien d’années, il a erré en exil, éloigné de sa famille à cause de sa dépendance. C’est le cas pour tant d’autres. Mais Dario était notre ami, tel qu’il était, imparfait : tantôt menteur et tricheur (quand il mangeait double), tantôt affectueux et spécial (quand il nous offrait son sourire et ses plaisanteries). Il nous manque tous les vendredis. Ce n’est plus pareil.

Personnellement, en tant que vincentienne, je me sens identifiée à cet apostolat, non seulement à cause du service corporel de partage de la nourriture ou même du geste évangélique de partager la Parole, mais surtout grâce à la rencontre humanisante d’une amitié sincère née de cet espace. La relation avec nos amis vivant dans la rue n’est pas un simple apostolat/service ou une action sociale de solidarité, elle se transforme en un partage de la vie. Nos amis ont un nom, nous ne nous intéressons pas à leurs iniquités, à leurs erreurs ou à leur passé (ou présent tragique) ; nous nous intéressons à eux en tant que personnes, à leur dignité. En eux, nous trouvons Jésus-Christ et cet être humain rêvé par Dieu qui existe là, à l’intérieur.

Dans cet espace se cultive une Amitié très spéciale avec les personnes vivant dans la rue, basée sur le respect et la confiance, où nous nous connectons avec les personnes, leur âme, leurs besoins, leurs espoirs, leurs difficultés, leurs faiblesses, leur Humanité ; où notre âme, nos besoins, nos espoirs, nos difficultés, nos faiblesses et notre Humanité, trouvent en eux un écho. Une amitié très spéciale où l’équité existe ; où nous sommes tous égaux ; où il n’y a pas de discrimination en raison de la race, de la nationalité, des conditions physiques, économiques, politiques, religieuses ou idéologiques ; où il n’y a pas de préjugés vis-à-vis de ceux qui sont dépendants, prostitués ou voleurs ; où l’être humain est encouragé et sa dignité reconnue dans l’amour et la Miséricorde que Dieu nous donne chaque jour.

Combien d’histoires entendues, combien de vies marquées par des événements tragiques, beaucoup de misère de toutes sortes – mais, qui échappe à la misère humaine ? – et, même en eux, il y a de la vitalité, de l’espoir, de la joie et de l’AMOUR, beaucoup d’amour à donner et à recevoir.

Gina Paredes,
Ambassadeur de la FHA à la République Dominicaine
Source: https://vfhomelessalliance.org/


Tags:

Pin It on Pinterest

Share This