« Allez vers les pauvres », a-t-il déclaré. St Vincent n’a pas attendu que les pauvres viennent frapper à sa porte. Il a été proactif dans sa charité.

Parfois, les gens ne veulent pas demander d’aide. Parfois, les gens ne peuvent pas demander d’aide, même s’ils en ont besoin. Mais St Vincent a contourné cela en disant que vous êtes notre sœur, notre frère.

Cet esprit reste vivant.

C’est jeudi, à Medellín. C’est la deuxième plus grande ville de Colombie, construite sous et dans les hautes Andes. La brise qui souffle dans les montagnes équilibre la chaleur dans un climat agréable. On l’appelle la ville du printemps éternel.

C’est aussi un endroit coloré. Certains bâtiments sont couverts de fresques alors que des plantes et des arbres verdoyants embellissent les rues dans la chaleur tempérée.

C’est la soirée et un groupe se promène dans les rues avec des chariots de courses. Les réverbères guident leur chemin. Leurs chariots sont pleines de vêtements et de pain. Il y a aussi de grands récipients en argent, pleins d’aguapanela, une sorte de thé sucré avec un soupçon de citron ; c’est un aliment de base en Colombie.

Ils sortent chaque semaine. Quelques dizaines d’entre eux, la plupart dans la vingtaine et la trentaine. Ils sont heureux, bavards, amicaux. Même sous la pluie battante. Parfois, ils prennent une guitare avec eux, accompagnant leur promenade de la musique.

Mais ils sont dans la rue parce qu’il y a aussi de la misère à Medellín, au milieu de la musique, des couleurs et de la brise fraîche. Un tiers des Colombiens vivent dans la pauvreté. Plus d’un demi-million sont sans abri.

Pendant de nombreuses années, Medellín était pleine de maisons de crack. Les personnes sans-abri s’y rassemblaient, unis par une dépendance débilitante au bazuko. Même des femmes enceintes y ont été retrouvées. Les habitants, si on peut les appeler ainsi, renonçaient à une maison et même à la nourriture. La vie a été mise en attente. La police a fermé la plupart des fosses à crack. Mais les gens existent toujours.

André est sans abri depuis 11 ans. Onze ans de consommation de drogue, consommé un jour après l’autre par le hit.

Ce n’est pas une histoire de pauvreté qui dure toute la vie. Andres a eu des opportunités. Il est allé à l’université, a étudié le droit. Il parle bien l’anglais, il aurait peut-être pu travailler à l’international. Il a travaillé comme modèle pendant un certain temps.

Mais les drogues ont détruit toute cette opportunité, cette aspiration. Elles ne remplaçaient pas tant l’aspiration qu’elles le devenaient. Et, comme tant d’autres, elles l’ont jeté à la rue. Une existence exténuante et précaire.

Mais alors il a été trouvé. Par le groupe vincentien et leurs chariots de courses remplis de vêtements, de pain et de thé. Ils forment la Fondation Aguapaneleros, un groupe de jeunes Vincentiens qui font ce que Saint Vincent a fait il y a de nombreuses années. Ils le font pour leur foi et à cause de cela.

Ce projet fonctionne depuis 20 ans et a été mis en place par des étudiants et continue à fonctionner ainsi.

Dignité et visibilité. C’est ce que ce groupe veut pour les plus pauvres, me disent-ils. Ils traitent leurs pauvres frères et sœurs avec dignité par leur charité. Mais plus que cela, ils disent que ces personnes existent. Les rues sont tellement publiques et pourtant les personnes qui les habitent sont tellement obscures. Pas à Medellín, disent-ils. Ils ne veulent pas comme ça. Allez vers les pauvres.

La nourriture et les boissons qu’ils offrent apaisent la soif et la faim. Mais c’est tellement plus que ça. C’est un moyen d’entrer dans la vie de quelqu’un. C’est ce qui s’est passé avec André, le diplômé en droit. Les conversations, les câlins, les prières l’ont aidé à se sentir de nouveau membre d’une communauté, parce qu’il l’est.

La semaine dernière, des bénévoles de la Fondation l’ont accompagné à la rééducation. La première étape, oui. La plus importante. Une vie pourrait changer. Beaucoup ont changé grâce à cette fondation. Beaucoup plus de vies ont été améliorées grâce à leur nourriture et à leur amour. C’est puissant aussi.

Ce projet existe depuis 20 ans, il a commencé avec des étudiants et reste dominé par les jeunes. Ils le considèrent leur. Ils sensibilisent aux causes du sans-abrisme, mais à leur manière. Des articles réguliers sur Instagram et Facebook mettent ces questions au premier plan. Cet esprit vincentien centenaire demeure public et vivant à l’ère moderne.

Source: http://vfhomelessalliance.org/


Tags:

Pin It on Pinterest

Share This