Jesús David Coronel : mon expérience vocationnelle

par | Sep 26, 2023 | Formation | 0 commentaires

Je m’appelle Jesús David Coronel, je suis originaire de Cuautla Morelos au Mexique. Mon processus vocationnel est imprégné de différents événements qui ont accompagné ma réponse. Dès mon enfance, ma famille m’a inculqué la foi catholique, en allant au catéchisme dans une petite communauté où l’église venait d’être construite et où j’ai reçu les sacrements. Depuis mon enfance, j’ai participé activement à différents groupes paroissiaux, en enseignant le catéchisme, en servant l’autel comme enfant de chœur et dans des groupes de jeunes appelés Étoiles Missionnaires et Jeunesse Mariale Vincentienne, où j’ai eu mon premier contact avec la mission. Ces groupes missionnaires se consacraient à la réalisation de brigades d’évangélisation pendant quelques semaines dans le cadre de leur formation. C’est précisément pendant mon séjour avec ces groupes que, petit à petit, j’ai commencé à aimer la mission et le grand travail qu’elle implique, et en même temps, j’ai vu certains besoins dans les champs de mission qui ne sont pas habituellement présents dans la ville.

L’une des communautés qui m’a le plus marqué est celle de Teotlalco, dans les montagnes de Veracruz, où je me suis rendu pour la mission de la Semaine Sainte, accompagné d’autres jeunes de mon âge et d’une fille de l’Œuvre de Saint-Vincent-de-Paul. Lorsque nous sommes arrivés dans la communauté, les missionnaires nous ont accueillis avec une grande joie, accompagnés de bouquets de fleurs colorés et de délicieux biscuits qu’ils avaient préparés dans le village. Ils nous ont aidés à embellir l’église pour le lendemain matin, car c’était le dimanche des Rameaux et il y avait beaucoup de travail à faire pour la célébration de l’un des plus grands actes d’amour. Les jours passèrent, entre visites, messes, chapelets de l’aube, visites aux malades et ateliers avec les gens de la communauté, jusqu’à ce qu’arrive le moment qui me marquera : des frères et sœurs jumeaux souffraient d’une grave malnutrition due au pouvoir ambitieux de quelques-uns parce qu’ils n’avaient pas payé leur père pendant un mois. Quand j’ai vu le visage de ces petits, je me suis rendu compte qu’on ne pouvait pas seulement parler d’un Dieu qui donne la vie, alors qu’ils n’avaient pas ce qui était indispensable pour l’avoir.
C’est ainsi que Sœur Susana m’a dit quelque chose de très vrai – en une semaine, nous ne pouvons pas résoudre leur vie, seulement les accompagner et manger avec eux – plus tard, elle m’a parlé du charisme de la congrégation de la mission et j’ai tout de suite été très impressionnée par leur travail. D’autre part, il s’agissait d’une zone où le prêtre se rendait tous les six mois, car il n’avait pas le temps de s’occuper de toutes ses communautés en raison de la distance et du grand nombre de chapelles dont il avait la charge. J’ai pris conscience du grand besoin qui existait dans le village, car de nombreuses personnes mouraient sans le rite de l’enterrement ou sans aucun sacrement. Ce fut le début de mon intérêt pour la vie sacerdotale, car je me suis rendu compte que les gens ne sont pas seulement sauvés en leur annonçant le royaume de Dieu, mais aussi en rendant leur qualité de vie plus digne.

J’ai exprimé ma préoccupation et j’ai été accompagné pendant un an pour savoir ce que Dieu me demandait. Franchement, la vie diocésaine ne m’a pas attiré ; je crois qu’il y en a beaucoup pour la confession et la consécration, mais très peu pour la vie missionnaire. Mon processus s’est terminé par le pré-séminaire de Lagos de Morenos Jalisco, où je suis entré au petit séminaire en phase préparatoire, parce que j’ai répondu par un oui à mes limites et que je me suis aventuré à vivre l’expérience. Il y a eu beaucoup de moments de bonheur, de joie, de suspense et de patience, mais aussi de tristesse, de déception et de douleur, parce que pendant mon séjour au lycée, ma grand-mère maternelle est morte, et il m’a été impossible de lui dire au revoir.

La phase préparatoire était pleine d’espièglerie, de cris, de jeux, de rires… bref, celle d’un adolescent cherchant à dissiper l’inquiétude que j’avais ressentie. Lagos de Moreno est un lieu que je porte dans mon cœur, où je me suis fait des amis de différentes manières, des personnes qui, tout au long de ce parcours, continuent à être attentives à moi et dont je me souviens toujours avec beaucoup d’affection. Plus tard, il était temps de faire un autre pas en avant, car j’ai terminé mon séjour dans la mineure et il était temps d’entrer en philosophie à Guadalajara où, grâce à Dieu, ce fut une étape merveilleuse, pleine de défis personnels, académiques et communautaires, où Dieu m’a demandé de faire attention à certains aspects afin de lui répondre de manière plus efficace. Las Juntitas a été l’une des communautés les plus importantes dans ma réponse vocationnelle parce que c’est là que Dieu me surprenait et que je sentais sa manifestation de la manière la moins attendue. Sans aucun doute, Jalisco a été le lieu de ma croissance vocationnelle et humaine, où je me suis découvert moi-même. J’ai passé 7 ans à Jalisco, un peu loin de ma famille qui ne cessait de me manquer, mais le Seigneur m’a récompensée en me donnant de grands et fidèles amis qui ont pris soin de moi jour après jour.

Je suis actuellement à Mexico, à Tlalpan, où j’étudie la première année de théologie à l’Université Pontificale de Mexico, et je suis sur le point de partir pour le noviciat inter-congrégationnel des missionnaires vincentiens au Guatemala. Dieu m’a béni tout au long de ces années, où j’ai tout trouvé sur mon chemin. Cela n’a pas toujours été facile, parce que c’est un processus de découverte personnelle, mais sans aucun doute, cela a été merveilleux parce que j’ai beaucoup grandi. Je suis profondément reconnaissante au Seigneur parce qu’il m’a toujours guidée et je continuerai à dire une phrase qui est devenue une prière très personnelle à différents moments de ma vie “surprends-moi Seigneur” et c’est ainsi, il ne m’a jamais laissée seule. Je prie Dieu de me permettre d’être ordonné et de continuer à répondre à cet appel qui a surgi dans une mission il y a neuf ans pour pouvoir le servir avec amour et dévouement, parce que j’ai compris que l’amour est le fondement de tout ce qui doit être fait au nom du bien. Cher lecteur, je vous invite à prier pour les vocations, parce que, tout comme je vous raconte mon expérience aujourd’hui, il y a des milliers de jeunes qui ont la leur, pleine de nuances différentes qui ont enrichi leur expérience. Que Dieu vous bénisse abondamment et qu’il bénisse cette merveilleuse famille vincentienne pour le bien de l’Eglise.

Jesús David Coronel

Tags:

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VinFlix

Pin It on Pinterest

Share This
FAMVIN

GRATUIT
VOIR