La cause de béatification de Jacques-Émile Sontag CM et de ses compagnons martyrs

par | Juin 6, 2022 | Actualités, Congrégation de la Mission | 0 commentaires

Le 9 mars 2022, en la Cathédrale Notre-Dame (Paris), s’est tenue la Première Séance du Procès Diocésain pour la Cause de Béatification de nos frères martyrs, Monseigneur Jacques-Émile SONTAG, né le 7 juin 1869 à Dinsheim, Bas-Rhin (France), archevêque d’Ispahan des Latinos en Perse (Iran), mort in odium fidei (haine contre la foi) le 27 juillet 1918 à Urmia, Àzar bàijàn-e Gharbi (Iran).

La Session était présidée par Monseigneur Michel Gueguen. Étaient présents les membres du Tribunal institué pour cette Cause : le Juge délégué, le Promoteur de justice et le Notaire. Ils ont prêté serment, et plus tard aussi le postulateur, le P. Giuseppe Guerra et le vice-postulateur, le P. François Hiss. Le Père Lazare, qui a été missionnaire en Iran pendant de nombreuses années et qui connaît très bien l’histoire, la culture et le contexte historique de nos martyrs, a également participé.

En plus de Mgr Jacques-Émile Sontag, la Cause comprend également trois autres confrères :

François MIRAZIZ, né le 27 août 1878 à Khosrowabad (Iran) et ordonné prêtre à Paris le 27 juillet 1902. Il était  assassiné le même jour (27 juillet 1918), à Khosrowabad, Àzarbàijàn-e Gharbi (Iran) , martyr des mains des Kurdes.

Mathurin L’HÒTELLIER né en 1883 en France, décédé le 18 juillet 1918 à Khosrowabad, Àzarbàijàn-e Gharbi (Iran), également martyr de sa foi.

Nathanaèl DINKHA (Étienne) est né le 17 mai 1849 à Khosrowabad. Issu d’une famille musulmane, il a été secrètement baptisé. Pr. Bettembourg C.M. déclare qu’il était doté d’une grande énergie et qu’il marcha jusqu’en France avant d’être admis dans la Congrégation. Il est ordonné prêtre le 25 octobre (ou décembre) 1875 à Jérusalem. Il mourut le 27 juillet 1918 à Urmia, Àzarbàijàn-e-Gharbi (Iran), également martyr des  mains des Kurdes.

Jacques Emile Sontag, C.M.

Jacques Emile Sontag, C.M.

Il est né le 16 juin 1869 à Dinsheim sur Bruche. A l’âge de 14 ans, il décide de devenir missionnaire et de rejoindre la Congrégation de la Mission, fondée par Saint Vincent de Paul. Ordonné prêtre à l’âge de 26 ans, il est envoyé en mission en Perse, à l’école vincentienne d’Urmia. Deux ans plus tard, il est nommé supérieur de l’école de la Mission de Téhéran, qui comptait 17 élèves au départ. En 1909, il fait construire une nouvelle école pouvant accueillir 300 élèves.

Il est nommé délégué apostolique et archevêque d’Ispahan en 1910. Il avait alors 41 ans. En mai 1915, quelque 50 000 Assyro-Chaldéens fuient le génocide en Turquie. L’évêque Sontag a porté secours à ces malheureux. De même, il a protégé les musulmans, également victimes d’abus de la part d’autres communautés en conflit, en cherchant à soulager leurs souffrances.

Des milliers de réfugiés affluent à la Mission française. Le Délégué Apostolique fait appel à la générosité des chrétiens de France, distribue les aides reçues et vend ses biens personnels. Mais face aux épidémies, aux pillages et aux crimes de masse fomentés par les dirigeants politiques ottomans et leurs alliés, ces actions, si elles atténuent les souffrances, ne remédient pas à la situation désespérée des chrétiens. Plusieurs villages sont mis à sac, les habitants décimés. En juillet 1918, il porte assistance à plus de 60 000 chrétiens fuyant vers le Kurdistan, avant le massacre final d’Urmia. Croyant que sa place était parmi ses “moutons” réfugiés à la Mission, il fut assassiné, à l’âge de 49 ans, le 31 juillet 1918, devant l’église d’Urmia.

Source : https://cmglobal.org/

Tags:

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

VinFlix

Pin It on Pinterest

Share This