dernières nouvelles sur COVID-19

Notre retour du Kenya en Allemagne – Journaux Vincentiens

par | Oct 11, 2020 | Formation, Réflexions spirituelles | 0 commentaires

À la fin du mois de mars de cette année, nous avons appris, tout d’un coup, que nous – Sr. Lucia, Sr. Dorothée, Sr. Zeituni et moi – devions quitter le Kenya le plus tôt possible. La pandémie du coronavirus s’était rapidement propagée de manière inattendue. La nouvelle nous a surprises toutes les quatre. Sr. Zeituni, Sr. Dorothée et Sr. Lucia étaient à Ngong à ce moment-là, et je passais du temps avec les Sœurs Bénédictines de Karen / Nairobi pour améliorer mes compétences en anglais.

J’ai immédiatement commencé à emballer mes affaires tout en ressentant une poussée d’adrénaline et en expérimentant des montagnes russes émotionnelles. Peu de temps après, j’ai pris un taxi pour retrouver mes consœurs à Ngong. Nous avions du mal à y croire ; c’était tellement « irréel ». Nous avons tous dîné ensemble une dernière fois – sachant qu’il nous faudrait attendre encore longtemps avant de pouvoir être de nouveau ensemble.

Très tôt le lendemain matin, nous avons salué Sr. Zeituni et Sr. Dorothée qui ont volé de Nairobi vers leur Tanzanie natale. Pendant ce temps, Sr. Lucia et moi avons commencé à emballer le strict nécessaire – même maintenant, une grande partie de nos bagages reste stockée au Kenya. Finalement, nous avons entendu qu’il n’y avait plus de vols de Nairobi vers l’Europe, mais qu’il pourrait y avoir quelques vols de plus de Mombasa vers l’Allemagne. Rien n’était sûr. Un léger sentiment de panique émergea brièvement ; mais nous avons commencé à nous organiser avec le soutien de notre Procure de la Mission.  C’était formidable de voir la solidarité au sein de la Famille Vincentienne qui nous a soutenues pour établir des contacts au Kenya.

Nous avons réussi à nous rendre à Mombasa en avion.  Au début, nous semblions être « bloquées » là-bas.  La recherche d’un logement s’est avérée assez difficile en raison de la situation actuelle.  Mais finalement nous avons trouvé refuge chez les Pères de la Consolata qui, même s’ils avaient interrompu leurs services d’accueil et fermé leur bâtiment aux visiteurs à cause de la pandémie, ont placé notre détresse au-dessus de leur prudence et nous ont accueillies.  Nous leur devons tellement.  Que Dieu les récompense pour tout cela!  J’ai été profondément impressionnée par leur engagement.

Sur le chemin menant vers le logement des Pères, la population nous a appelées « corona » à quelques reprises ; les personnes à la peau claire n’y étaient plus accueillies.

Nous avons passé des journées tendues dans la maison d’hôtes là-bas, à attendre des nouvelles de l’ambassade d’Allemagne.  Finalement, très tard un soir, nous avons reçu la confirmation que nous pourrions nous envoler pour Francfort, en Allemagne, le lendemain.  À cette époque, un couvre-feu de 19h00 à 6h00 était déjà mis en place.

Un employé des Pères nous a accompagnés pour nous soutenir et nous avons tous quitté la maison à 6h00. Avec un TukTuk ou un moto-taxi, nous nous sommes dirigés vers le traversier. C’était incroyable.  De grandes foules toutes rassemblées, voulant toutes y monter.  Il y a eu des bousculades et toutes les mesures de protection contre le coronavirus n’ont été respectées que sporadiquement. Mais à la fin, nous avons eu beaucoup de chance car il s’est avéré être le dernier traversier pour le continent.  Après cela, toutes les opérations ont été arrêtées.

Ben, l’employé des Pères de la Consolata, a organisé le trajet jusqu’à l’aéroport pour nous, puis nos chemins se sont séparés. A l’aéroport l’aventure a continué, de nombreux Allemands arrivant progressivement.  C’était serré et mouvementé là aussi.  Enfin, nous avons tous eu une place dans l’avion et nous avons atterri en toute sécurité à Francfort.  L’Allemagne nous a retrouvés !

Journaux Vincentiens examine de plus près certaines des expériences les plus personnelles des Vincentiens travaillant avec des personnes sans-abri, des habitants de taudis et des réfugiés. Ils révèlent des moments qui nous ont inspirés, des situations qui nous ont laissés sans voix et choqué, ainsi que les personnes qui ont croisé nos chemins et nous ont montré qu’il fallait en faire plus.

Ce qui les relie, c’est cet engagement vincentien envers les plus pauvres… et l’espoir qu’en tant que Famille, nous pouvons faire davantage.

Source: https://vfhomelessalliance.org/

Tags:

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This