dernières nouvelles sur COVID-19

Leçons apprises durant la pandémie : (1) Nos aînés sont importants

par | Juil 1, 2020 | Formation, Réflexions spirituelles | 0 commentaires

Au cours des derniers mois, le monde entier a souffert de la pandémie covid-19. Nous avons tous été contraints de prendre des mesures très sévères pour éviter d’être infectés : isolement, hygiène méticuleuse, distanciation sociale… La société est paralysée et une crise économique menace aujourd’hui d’augmenter encore le nombre de personnes touchées, non seulement sur le plan de la santé, mais aussi sur le plan de leur bien-être et à leur qualité de vie (s’enchaînant dans le réseau de la pauvreté et aggravant ainsi leur situation d’impuissance).

En tant que chrétiens, nous croyons en un Dieu miséricordieux, le Père de tous les hommes, et nous croyons aussi en la capacité de la personne humaine à faire le bien. L’espérance est intimement liée à la foi chrétienne. Par conséquent, nous savons que même dans des situations aussi dévastatrices que celle dans laquelle nous vivons aujourd’hui, il y a beaucoup de leçons positives à apprendre et à préserver. Cette série d’articles parlera de ces leçons positives et y réfléchira. Non pas tous, mais certains en particulier, plus précisément, ces leçons de l’expérience personnelle de la personne qui écrit chaque article.

Chaque semaine, un membre de la Famille Vincentienne partagera une partie de son expérience au cours des derniers mois. Du fond de leur cœur, ces écrivains présenteront un message d’espoir parce que nous sommes convaincus qu’il y a des leçons positives à tirer de cette pandémie.

Nous savons tous que les personnes âgées ont été les plus touchées par la pandémie actuelle. Nos grands-parents, parents, amis et voisins plus âgés… ils ont souffert, avec une virulence particulière, des conséquences de cette pandémie (parfois que la souffrance a été aggravée par d’autres conditions sous-jacentes communes aux personnes de leur âge… et dans beaucoup trop de situations ce virus a été fatal). À tel point qu’en Espagne, sur le nombre total de décès de covid-19, plus de 85% avaient plus de soixante-dix ans.

Javier F. Chento
SSVP – Espagne

Mes parents sont âgés, plus de soixante-quinze ans. Ils sont autonomes et, avec toutes leurs différentes infirmités, sont capables de maintenir une vie active et indépendante. Leur vie n’a pas été facile : ils sont nés à l’époque de la guerre civile espagnole (1936-1939) et ont subi de nombreuses difficultés pendant l’après-guerre. N’ayant pratiquement aucune possibilité d’aller à l’école autre que d’apprendre à lire, écrire, ajouter et soustraire, ils ont commencé, comme enfants, à travailler dans les champs. Avant l’âge de vingt ans, ils ont émigré pour travailler à Bilbao (une région espagnole qui connaissait une forte croissance industrielle). C’est là qu’ils se sont rencontrés et ont formé une famille. Malgré la pauvreté et de nombreux besoins au cours de leur vie, ils ont soigné et éduqué trois enfants qui, à temps, ont quitté leurs parents pour former leur propre famille.

Dans mon cas, comme dans beaucoup d’autres, dans une large mesure, je dois tout ce que je suis et tout ce que j’ai aux efforts, à l’amour et aux sacrifices de mes parents.

Quand la pandémie nous a forcés à nous enfermer au début du mois de mars, ma première pensée était mes parents. Même aussi, je savais que l’isolement devait durer longtemps. Les jeunes avaient des outils pour passer le temps : leur travail et leur emploi, Internet, leurs loisirs et diverses formes de divertissement qui rendaient l’isolement plus supportable. Mais pour mes parents et beaucoup de personnes âgées vivant seuls, leur seule distraction était la télévision. Je ne pouvais pas supporter de voir mes parents isolés, éprouver une grande incertitude à cause de la « mauvaise nouvelle » transmise à la télévision. Je leur ai donc rendu visite périodiquement (compte tenu de la distance sociale et d’autres précautions sanitaires). Je leur ai parlé tous les jours et leur ai appris à participer à des vidéoconférences (via WhatsApp) afin qu’ils puissent voir leurs enfants et leurs petits-enfants. L’isolement nous a donné l’occasion de parler les uns avec les autres d’une manière qui n’a pas eu lieu depuis que j’ai quitté la maison parentale et que je suis devenu indépendant. Dieu merci, ils continuent à jouir d’une santé stable, même si, au cours de ces mois, le coronavirus a coûté la vie à certains membres de notre grande famille.

L’histoire de mes parents durant la pandémie est la même que des milliers et des millions de personnes âgées qui, dans notre société, vivent seules. J’ai eu la grâce de pouvoir m’approcher de certains d’entre eux, des voisins de mon quartier, des voisins qui, craignant de quitter la maison et même incapables de le faire sans aide, m’ont demandé de faire de petites courses et de faire quelques services pour eux. Dans la plupart de ces situations, la peur et la solitude étaient les compagnons réguliers dans leur vie.

Au cours de cette pandémie, nous avons été tous sensibilisés à la situation dans laquelle vivent tant de personnes âgées : la solitude est leur compagnon habituel (et la distance forcée a aggravé la solitude). Les êtres humains sont sociaux par nature : nous devons être proches les uns des autres, prendre dans les bras et embrasser les membres de notre famille et les amis. Tout cela nous a été enlevé pendant la pandémie et nous l’avons raté… et les personnes âgées l’ont raté à un niveau plus profond.

Malgré l’anomalie de cette situation, nous avons découvert de nombreuses leçons positives pour notre vie personnelle et sociale. Une que je peux confirmer est que nos aînés sont importants non seulement parce que nous sommes ce que nous sommes grâce à leurs efforts, mais parce qu’ils sont les êtres les plus précieux que nous avons dans notre famille et dans notre société, des gens qui sont toujours prêts à nous accueillir et à nous aider, à nous écouter et à nous embrasser d’un amour désintéressé. Quand ils meurent, une partie de nous meurt aussi. Sans aucun doute, la santé de la société, ou de toute institution sociale, peut être mesurée par les préoccupations qu’elle porte à ses membres plus âgés.

Maintenant que la pandémie semble être un peu maîtrisée dans de nombreuses régions du monde, engageons-nous à prendre soin avec plus de ténacité et de zèle des personnes âgées : dans notre famille, dans nos communautés et dans notre voisinage. Ils ont beaucoup à nous offrir… et avec un amour généreux ils continueront à faire cette offre, juste si nous la leur demandons.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This