dernières nouvelles sur COVID-19

Réflexions de certains responsables de la Famille Vincentienne sur la collaboration : Réponses à la lettre de janvier 2015 du P. Gregory Gay, CM

par | Mai 9, 2016 | Actualités, Collaboration, Famille Vincentienne, Formation | 0 commentaires

year-of-collaboration-final-facebook

Saint Vincent de Paul nous a dit : « Nous devons aider les pauvres dans tous les sens, le faire à la fois par nous-mêmes et en faisant appel à l’aide des autres …. pour ce faire, il nous faut prêcher l’Évangile en paroles et en action » (CCD 12:. Conf. # 195) La Famille Vincentienne a été invitée à faire de l’année 2015 une « Année de la Collaboration Vincentienne » Nous avons été appelés à explorer de nouvelles façons de collaborer au sein de la Famille Vincentienne et à réfléchir sur les moyens déjà existants.

En collaborant avec la Famille Vincentienne, nous servons les pauvres plus efficacement. La Confédération Internationale de la Société de Saint Vincent de Paul exprimait magnifiquement ce qu’ils avaient convenu : « Une charité plus vaste et plus efficace pourrait être accomplie en réunissant les idées, la créativité, le travail et la spiritualité, avec la mission commune de servir le Christ dans les membres pauvres et nécessiteux et de les aider à grandir dans leur spiritualité. »

Dans la lettre du P. Greg Gay à la Famille Vincentienne en date du 30 janvier, convoquant l’Année de Collaboration de la Famille Vincentienne, les responsables vincentiens nationaux et internationaux ont été invités à partager leurs pensées et leurs réflexions sur le sujet. Les réponses étaient aussi diverses que notre famille elle-même – si l’on tient compte non seulement du pays d’origine, mais aussi de leur contenu.

L’Année de la Collaboration Vincentienne a pour thème « Ensemble dans le Christ, nous, Vincentiens, faisons la différence ». Cela est devenu évident à travers les réponses reçues sur la façon dont la collaboration vincentienne est vécue partout dans le monde et continue à se développer.

La réponse sur le sens de la collaboration vincentienne était claire – collaborer de façon simple pour améliorer leur région du globe, de sorte que les pauvres soient mieux servis. Alors que tous exprimaient un grand désir de voir croître leur collaboration, tous pratiquaient déjà la collaboration de façon remarquable. Leur pratique de la collaboration était diverse et créative.

Certaines formes de collaboration vincentienne impliquent que différentes branches de la Famille travaillent ensemble dans un ministère. Au Mexique, deux œuvres ont été créées avec l’aide de diverses branches de la Famille Vincentienne -. « Casa Vicentina » (« Maison Vincentienne » pour la promotion humaine) et le projet « Fondation San José de Guadalupe de la Famille Vincentienne » (pour les personnes âgées). Plus au sud, à Cali, en Colombie, diverses branches travaillent ensemble au « Centre de service social Sœur María Luisa Courbin ».

D’autres formes de collaboration vincentienne consistent à siéger dans des conseils ou à jouer le rôle de conseillers spirituels / directeurs dans des ministères gérés par d’autres branches de la Famille Vincentienne. Ainsi en est-il dans la Province de l’Ouest des États-Unis. Des membres de la CM guident spirituellement des branches telles que la Société de Saint Vincent de Paul et les Dames de la Charité. Il a également été fait mention du fait que de nouvelles conférences de la Société de Saint Vincent de Paul sont souvent formées par des membres de la Congrégation de la Mission ou des Filles de la Charité.

Les branches collaborent également par la célébration et la propagation de notre charisme et des vocations. Beaucoup ont parlé de leur lien avec l’Association de la Médaille Miraculeuse, une merveilleuse façon de connecter les laïcs avec cette importante dévotion et une partie vitale de notre histoire vincentienne.

L’Association de la Médaille Miraculeuse collabore avec des branches de la Famille Vincentienne, comme on peut le voir en Espagne. Les membres soutiennent les Filles de la Charité dans leur service dans une maison pour personnes âgées. Ils collaborent également avec les catéchistes de la JMV (Jeunesse Mariale Vincentienne), ce qui mène au point suivant.

Cette collaboration s’étend également aux jeunes, même à l’école primaire. La Paroisse Saint Vincent de Sydney, en Australie, a été la première à établir un groupe appelé « Minnie Vinnies », « un programme pour les enfants de l’école primaire qui sont introduits par la prière et le soutien pratique aux personnes dans le besoin selon l’esprit de St Vincent ». Le groupe a été un véritable succès. A Untermarchtal, Allemagne, P. Christian Rolke, CM de la province de l’Autriche – Allemagne, a participé à une grande réunion de jeunes et a présenté un atelier sur les vocations vincentiennes.

Notre travail en collaboration au sein de la Famille Vincentienne ne se termine pas cependant avec la clôture de l’Année 2015-2016. Il y a encore beaucoup de travail à faire.

L’existence de nombreuses branches de la Famille Vincentienne est une bénédiction, mais la connaissance du charisme et ministère particulier de chacune doit encore grandir. Les relations entre certaines branches doivent encore être établies et nourries. Mgr. Ing. Libusa Mihalikova, président de la Société de Saint Vincent de Paul en Slovaquie, a admis que la collaboration a diminué dans le pays et qu’il ne connaît pas beaucoup les autres branches. Cette préoccupation ne se limite pas à la Slovaquie, puisque l’Association de la Médaille Miraculeuse en Espagne a suggéré une réunion pour apprendre à se connaître entre les différentes branches de la Famille Vincentienne. A Milan, en Italie, les Filles de la Charité ont recommandé la tenue de plusieurs réunions pour animer et soutenir la croissance dans la collaboration vincentienne.

Il reste encore à comprendre que toutes les branches de la famille vincentienne (consacrés ou laïcs) possèdent un élément-clé du charisme. L’élément-clé du charisme n’existe pas uniquement dans la Congrégation de la Mission ou chez les Filles de la Charité. Saint Vincent et Sainte Louise ont souligné la nécessité d’apprendre des autres. Nous pouvons tous convenir que, souvent, nous apprenons davantage des autres, que ce soit ceux que nous servons ou d’autres branches de la Famille Vincentienne, que nous ne pourrions jamais leur enseigner.

Fr. Mick Walsh, Visiteur de la Province de l’Océanie, a soulevé un point important : « Ici, en Océanie, nous sommes fiers de travailler avec, d’apprendre de et d’être inspirés par beaucoup d’autres groupes chrétiens, non-chrétiens et laïcs qui prennent soin des pauvres. Famvin [la Famille Vincentienne] devrait nous ouvrir à la bonté du monde et pas seulement nous attacher à ceux qui sont liés à Vincent ». C’est un appel qui vient non seulement des besoins des pauvres, mais aussi de notre Église.

Alors qu’il intervenait à la Réunion Internationale pour la Paix en 2013, le Pape François a déclaré : « Le dialogue peut vaincre la guerre. Le dialogue fait vivre ensemble des personnes de différentes générations, qui s’ignorent souvent ; il fait vivre ensemble des citoyens de diverses origines ethniques, de convictions différentes. Le dialogue est la voie de la paix ; parce que le dialogue favorise l’entente, l’harmonie, la concorde et la paix. C’est pour cette raison qu’il est vital qu’il grandisse, qu’il s’étende aux personnes de toutes conditions et convictions comme un réseau de paix qui protège le monde et surtout qui protège les plus faibles. » Alors que le Saint-Père a utilisé le mot « dialogue », la même chose pourrait être dite de la « collaboration ».

Zafen, un micro-crédit à but non lucratif en Haïti, est un parfait exemple de la façon dont cela peut fonctionner. Alors que deux des fondateurs sont la Famille Vincentienne Internationale et l’Université DePaul aux États-Unis, il y a également deux groupes laïcs – Fonkoze et Haitian Hometown Associations Resource Group. Lorsque les besoins des pauvres existent, il existe également d’autres qui se soucient d’eux.

Nous remercions les responsables de la Famille Vincentienne du monde entier qui ont parlé de façon honnête de leurs pensées, des luttes et des joies de la collaboration vincentienne. Nous prions pour que cette Année de la Collaboration de la Famille Vincentienne soit une inspiration pour nous tous de ne pas perdre courage et de chercher de nouvelles façons créatives de travailler ensemble dans l’avenir en faveur de ceux qui vivent dans la pauvreté.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This