dernières nouvelles sur COVID-19

Une vocation de prière #JeSuisVincent @SJUMission

par | Mai 1, 2016 | Formation | 0 commentaires

jesuisvincent-stjohns-facebook

A propos de sa vocation de prière, Andrea Pinnavaia écrit depuis St. Johns …

Plus j’approfondis ma vocation vincentienne, plus je me sens attirée à prendre soin des pauvres à travers la prière.

Les gens qui sont vraiment des priants seront poussés à servir et à se laisser entraîner dans une vie au service des autres. Plus nous apprenons à connaître Jésus par notre prière, plus le Christ nous oblige à le connaître dans notre voisin, en particulier dans la personne des pauvres.

Notre prière, cependant, ne se termine pas avec cette attirance pour le service. Une fois que nous nous sommes engagés dans l’action, nous devons aller plus loin et garder à l’esprit ceux qui nous rencontrons en les présentant au quotidien à Dieu. Les distinctions les plus élémentaires que je fais entre le service vincentien et d’autres formes de bénévolat pour nos étudiants qui offrent leur temps et se donnent eux-mêmes dans les nombreuses possibilités de services que nous facilitons à St John’s résident dans le fait que nous servons parce que nous savons que c’est Jésus lui-même que nous rencontrons dans les pauvres, que ces enfants bien-aimés sont faits à l’image de Dieu et que nous sommes encore appelés à réfléchir sur notre service et à poursuivre notre relation avec les personnes que nous servons à travers la prière.

Mes premières expériences de service vincentien en tant qu’étudiant du premier cycle à St John’s ont eu lieu à travers le programme Midnight Run (Course à minuit). Après avoir rencontré les hommes et les femmes que nous avons pu trouver dans les rues de Manhattan par certaines nuits très froides d’hiver, et après leur avoir offert une soupe, un vêtement et une conversation, je ne pouvais plus profiter de la chaleur de la protection de ma chambre dans le Hall Donovan sans penser à ces frères et sœurs. Je ne peux pas toujours retrouver Sally pour une rencontre face à face, mais je me rappelle de son visage dans la prière quotidienne – souhaitant qu’elle trouve un endroit au chaud par une nuit particulièrement froide, qu’elle soit protégée contre le vol de ses quelques possessions et qu’une autre personne de bonne volonté puisse lui donner quelque chose à manger ce soir. Je découvre que plus je deviens vincentienne par mon contact avec ceux qui sont dans le besoin, plus j’ai besoin de passer du temps en prière – car les visages des pauvres dans lesquels nous trouvons le Christ mendiant de notre compassion ne sont plus des personnes anonymes, mais des personnes qui comptent, qui ont un nom et dont on se souvient. C’était surtout moi qui avais besoin de prière : pour que le Seigneur renouvelle constamment mon esprit et me donne des yeux et un cœur pour les pauvres.

En cette Année Sainte de la Miséricorde, n’oublions pas de prier pour ceux qui sont marginalisés : car Dieu entend toutes nos prières et peut transformer les situations de ceux qui ont besoin d’être servis et les cœurs de ceux qui peuvent servir pour les conduire de l’obscurité à la lumière, de la tristesse à la joie, et de la mort à la vie.

Pinnavaia headshotAndrea Pinnavaia est responsable de la Liturgie et la Formation de la Foi sur le campus de Queens de l’Université St. John.

Traduction: Yasmine Cajuste

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

VinFlix

Pin It on Pinterest

Share This