Sections

Accueil

Introduction - ¿Comment chercher, modifier ou créer un article - Index alphabétique des articles

Article signalé

modifier
Vincent de Paul

Vincent de Paul (Pouy, Landes, avril 1581? - Paris, 27 septembre 1660). Prêtre francais, fondateur de la Congrégation de la Mission et, avec Louise de Marillac, de la Compagnie des Filles de la Charité. Il est canonisé en 1737 par le pape Clément XII et, en 1885, le pape Léon XIII le déclare patron universel des œuvres de Charité.

Vincent de Paul (ou Depaul) nait en 1580 ou 1581, au village de Pouy (qui s'apelle, depuis 1828, Saint-Vincent-de-Paul), situé à peu près à cinq kilomètres au nord-est de Dax. Il est le troisième de six enfants, quatre garçons et deux filles, d'une famille de paysans des Landes, pauvres sans être misérables. L'enfant, intelligent, poussé aux études par son père, est remarqué par un notable de Dax qui lui propose de l'orienter vers la prêtrise. En 1596, il reçoit la tonsure, puis il part pour Toulouse étudier la Théologie. Il est ordonné prêtre par l'évêque de Perigaux, François de Bourdeilles, le 23 septembre 1600 à Château-l'Evêque.

En 1608, il monte à Paris. Il se fait un ami du secrétaire de l'ancienne reine, Marguerite de Valois ; celle-ci le nomme "aumônier" chargé de distribuer ses libéralités. Il visite alors les pauvres malades de l'Hôpital de la Charité.

Vers 1610, il rencontre Pierre de Bérulle, qui fondera, l'année suivante, l'Oratoire de France. Vincent le prend comme conseiller spirituel. Il se familiarise avec le mouvement de spiritualité qu'on appelera plus tard "l'Ecole Française". Il rencontre François de Sales.

Continuer à lire

Ephémérides du 21 septembre 2019

Mettre à jour - voir un autre jour - modifier

1800. À Turin, Félix de Andreis prononce les vœux. Mouvementé a été son noviciat. Il l’a commencé le 11 novembre 1797, à Mondovi. En janvier 1799, révolution dans le Piémont : les missionnaires sont expulsés. Félix rentre dans sa famille. Le calme revenu, il est rappelé à Turin le 12 décembre 1799. L’année 1800, l’année de ses vœux, ne s’achèvera pas dans la paix : en décembre, la bile révolutionnaire s’étant réveillée, nos confrères doivent quitter Turin. C’est à Plaisance que Félix de Andreis ira faire sa philosophie et sa théologie (1).

1861. À l’hôpital de Tarbes où, quatre jours auparavant il a commencé la prédication d’une retraite aux Filles de la Charité, M. Nicolas Truquet meurt inopinément à l’âge de quarante-huit ans. Sa réputation de grand missionnaire attire auprès de sa dépouille, exposée dans le parloir, une telle affluence que le plancher ne peut résister à la pression… A pouvoir, un jour, travailler avec succès parmi la population landaise, le bon Dieu prépara M. Truquet en le faisant naître Picard — à Abbeville, le 29 octobre 1813 — et en le frottant d’Auvergnat pendant les six ans de son professorat à Saint-Flour, de 1839 à 1845. Mais, bien plus que ces contingences humaines, c’est son tempérament de flamme, sa volonté de faire œuvre durable et de développer de plus en plus le culte de saint Vincent en ses Landes natales, qui firent de M. Nicolas Truquet, premier supérieur de Dax à trente-deux ans, un digne fondateur de la Mission aux rives de l’Adour. Elle eut vite un grand rayonnement, cette minuscule maison de Missions, ouverte en 1845. Et avec ses qualités sympathiques, son zèle entreprenant que le Père Etienne dut modérer parfois, et son éloquence aux magistrales périodes qui s’harmonisaient avec la solennité de son allure et aussi de son visage qu’auréolait une longue chevelure à la mode ecclésiastique du XIXe siècle, M. Truquet fut vraiment un animateur que ni Notre-Dame du Pouy ni le Berceau ne pourront oublier (2).

1937. À Rome, le cardinal Tisserant, Préfet de la Congrégation pour l’Église Orientale, nomme notre confrère, M. Barthélemy Bechais, préfet apostolique du Tigré. Il appartient à la Province de Turin et a quarante-six ans. L’érection de cette nouvelle division ecclésiastique a été rendue nécessaire du fait de la conquête de l’Éthiopie par les armées de Mussolini. Les confrères français, avec le supérieur, M. Paul Gimalac, doivent quitter cette Mission où ils ont tant peiné. En chacune des localités que traverse la route de leur exil, les Abyssins leur disent : «Vous reviendrez !»… Et, en effet, la fluctuation des règnes humains est telle que cinq ans plus tard, en 1942, M. Gimalac, avec quelques-uns de ses anciens compagnons, est revenu (3).

1) Annales, t, 58, pp. 298-300.
2) Annales, t. 52, pp. 489-491 et t. 103, pp. 242-249.
3) Annales, t. 103. p. 162 et pp. 70-76 ; t. 112-113, p. 7.

Archive des ephémérides

Image signalée

modifier

Vitrail de 1937 à l'église parrossiale de Lézigné, en Maine y Loire (France)

Vincent de Paul allait de Le Mans à Angers quand, à quelque deux kilomètres au sud-est de Durtal, son cheval a trébuché et tout les deux sont tombés dans un torrent qui était crû à cause des pluies. Un autre missionnaire l'a sauvé de mourir noyé et Vincent est allé se sécher dans une petite chaumière des alentours. Vincent, dans la lettre qu'il ecrit lundi de Pâques 1649 à Louise de Marillac, fait allusion à la fièvre qu'il a eue le soir et qu'il attribue à cette chute.

Le vitrail, de l'année 1937, se trouve à l'église paroissiale de Lézigné, un village situé quelque 5 km au sud-ouest de Durtal. Il représente St Vincent donnant une catéchèse aux enfants tandis que leur mère séche son manteau au feu.

Archive des images signalées


Vincenpédie dans d'autres langues