La Société de Saint-Vincent-de-Paul, un réseau international de charité depuis ses débuts

par | Juil 28, 2022 | Formation, Société Saint-Vincent-de-Paul | 0 commentaires

« Je voudrais enlacer [enserrer] le monde entier dans un réseau de charité. » Cette phrase, attribuée à Frédéric Ozanam, illustre bien son idée de ne pas limiter l’action de charité à la première conférence parisienne mais bien de la rendre universelle, à l’image du message du Christ. Avec un développement immédiat et rapide. Retour sur cette expansion.

Les conférences vont se développer d’abord en France puis, très vite, à l’étranger, au point qu’à sa mort, vingt ans après la création de la première conférence à Paris, la Société de Saint-Vincent-de-Paul (SSVP) était présente, dans seize pays (France comprise), parfois avec plusieurs conférences, non seulement en Europe mais également dans le « Nouveau Monde ».

Le rôle d’Ozanam

Une fois encore, si Ozanam n’est pas le seul responsable de cette expansion, il en est le principal promoteur. Ozanam a la « fibre internationale » du fait de sa naissance à Milan. Il aura toujours un profond attachement à l’Italie, qu’il visitera plusieurs fois et où il vivra ses dernières semaines, à Pise, rendant encore visite aux confrères de Florence où il prononce son dernier discours, Livourne et Sienne. Mais c’est aussi un voyageur : il visitera l’Allemagne, Londres, la Suisse, la Belgique et l’Espagne, alors qu’il est déjà très malade.
Il a pour lui une qualité, qui jouera en sa faveur pour sa désignation au poste de professeur de littérature étrangère comparée en Sorbonne, il maîtrise les langues vivantes (italien, allemand, anglais et espagnol) comme les langues anciennes (grec, latin, hébreu). Ses voyages s’inscrivent presque toujours dans le cadre de sa mission universitaire mais il en profite pour visiter les conférences naissantes.

Les moyens du développement

En France, comme à l’étranger, le développement des conférences se fait, la plupart du temps, à partir des membres des conférences parisiennes.

Mais il est soutenu par des structures mises en place par la Société. Ainsi, le premier règlement, adopté en 1835, dont le premier article est : « La Société de Saint-Vincent-de-Paul reçoit dans son sein tous les jeunes gens chrétiens qui veulent s’unir de prières, et participer aux mêmes œuvres de charité, en quelques pays qu’ils se trouvent », formulation intéressante, puisqu’il n’y a pas encore de conférence en dehors de la France.

En 1839 un Conseil Général est créé. Son but est clairement d’unifier les conférences autour de l’esprit des fondateurs. Il s’occupera aussi, lors de leur éclosion, des conférences hors de France.

Le bulletin de liaison, trait d’union entre les membres, naît en 1848.

Naissance de conférences à l’étranger : quelques exemples

En 1836, Ozanam se réjouit de la naissance d’une conférence à Rome ayant pour objet « la visite des pauvres français dans les hôpitaux ». D’autres conférences suivront en Italie.

En romantique mais aussi pour ses travaux littéraires et enfin pour défendre le catholicisme face au protestantisme, Ozanam est attiré par l’Allemagne. Il y effectue un voyage en 1840 et c’est l’un de ses amis, Léon Boré, qui contribuera à la création de la première conférence à Munich en 1845.

En 1846, à Mexico, la première conférence aux Amériques est agrégée : Ozanam signera la lettre. Elle a été créée par un médecin venu étudier en France entre 1833 et 1836.

En 1844, une conférence est créée à Londres par George Wigley, un ami d’Ozanam. Ce dernier visitera la conférence à l’occasion d’un déplacement en 1851.

Aux États-Unis, la première conférence est créée fin 1845, à Saint-Louis (Missouri) grâce à un prêtre qui a rapporté un règlement de la SSVP de Dublin.

En Espagne, une conférence voit le jour en 1849 grâce à un Espagnol membre de la Société en France.

À la mort d’Ozanam, il y avait environ 2 000 conférences réparties à travers le monde.

En 1932, il y en avait 13 164 (dont 1 621 en France) soit 11 547 à l’étranger, réparties sur les cinq continents, comptant un peu plus de 135 000 membres.

Lors du centenaire (1933), les pays comptant plus de 5 000 membres étaient, dans l’ordre : les États-Unis, la France, le Brésil, l’Italie, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Angleterre, la Colombie, le Canada, les Pays-Bas, l’Irlande et l’Australie. Le président Roosevelt, en personne, assista à une réception commémorant la création, à New York, le 4 octobre, et y prononça un discours sur l’origine de la Société.

Ainsi, en un siècle, le rêve de Frédéric Ozanam était réalisé.

Source : https://ozanam-magazine.ssvp.fr/

Tags:

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

VinFlix

Pin It on Pinterest

Share This