dernières nouvelles sur COVID-19

Prières et lectures pour la fête de la Sainte Vierge Marie de la Médaille Miraculeuse

par | Nov 23, 2021 | Formation, La Spiritualité et la pratique spirituelle | 0 commentaires

Le 27 novembre 1830, la Sainte Vierge est encore apparue à Catherine dans la chapelle. Cette fois, c’était à 17h30, pendant la méditation. Tout d’abord, Catherine a vu quelque chose comme deux peintures vivantes, l’une s’évanouissant dans l’autre, où la Sainte Vierge se tenait sur un demi-globe, ses pieds écrasant la tête d’un serpent. Dans cette première image, la Vierge tenait un petit globe d’or surmonté d’une croix, qu’elle élevait vers le ciel. Catherine a alors entendu : « Ce globe représente le monde entier et chaque personne en particulier… »

Dans la seconde image, de beaux rayons lumineux sortaient des mains ouvertes de la Sainte Vierge, couvertes d’anneaux de bijoux. Au même moment, Sainte Catherine a entendu une voix dire : « C’est le symbole des grâces que j’accorde aux personnes qui me les demandent ». Par la suite, un ovale s’est formé autour de l’apparition et Catherine a vu cette invocation inscrite en lettres d’or formant un demi-cercle : « O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui vous avons recours à vous ». Elle a ensuite entendu les mots : « Faites frapper une médaille sur ce modèle ; toutes les personnes qui la porteront recevront de grandes grâces… » Enfin, l’image s’est retournée, et Catherine a vu le revers de la médaille : la lettre « M » surmontée d’une petite croix ; deux cœurs au-dessous de la croix, l’un couronné d’épines et l’autre percé d’une épée ; et douze étoiles bordant la médaille.

Voici le texte liturgique pour la célébration de la fête de la Sainte Vierge Marie de la Médaille Miraculeuse.

Antienne d’ouverture Ap. 12, 1

Un signe grandiose apparut dans le ciel : une femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds et, sur la tête, une couronne de douze étoiles.

ou

 Jdt. 13, 23, 25

Tu es bénie, Vierge Marie, par le Dieu Très Haut, plus que toutes les femmes de la terre ; jamais la gloire qu’il t’a donnée ne s’effacera de la mémoire des hommes.

gloria

Prière

Seigneur, par l’Immaculée Vierge Marie, tu as offert au genre humain les trésors du salut éternel. Accorde-nous par son intercession de savoir te servir avec fidélité et de travailler par la parole et le service au rayonnement de ta gloire. Par Jésus Christ…

Première lecture

Lecture de l’Apocalypse 12,1.5.14-17

Un signe grandiose a paru dans le ciel : une femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds et sur la tête une couronne de douze étoiles. Or, la femme mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les menant avec un sceptre de fer. L’enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son trône.

Les deux ailes du grand aigle furent données à la femme pour s’envoler au désert, en son lieu. Le serpent vomit alors de sa gueule comme un fleuve d’eau, derrière la femme pour l’entraîner dans ses flots. Mais la terre vint au secours de la femme : ouvrant la bouche, elle engloutit le fleuve vomi par la gueule du dragon.

Alors, furieux contre la femme, le dragon s’en alla guerroyer contre le reste de ses enfants : ceux qui gardent les commandements de Dieu et possèdent le témoignage de Jésus.

Psaume Ps. 44, 11-12, 14-17

Ref. Tu es la joie, tu es l’honneur de notre peuple, Vierge Marie

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
Le roi sera séduit par ta beauté.
Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.

Fille de roi, elle est là, dans sa gloire
vêtue d’étoffes d’or
on la conduit, toute parée, vers le roi.
Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège

On les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.
A la place de tes pères se lèveront tes fils
sur toute la terre tu feras d’eux des princes.

Acclamation

Alleluia , Alleluia. Tu es toute belle, ô Marie,

et la tâche originelle n’est pas en toi. Alleluia

Évangile

Evangile de Jésus Christ selon Saint Jean 2, 1-11

Il y avait un mariage à Cana, en Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples. Or, on manqua de vin ; la mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin.» Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu’il vous dira.» Or, il y avait là six cuves de pierre pour les ablutions rituelles des Juifs ; chacune contenait environ cent litres. Jésus dit aux serviteurs : «Remplissez d’eau les cuves … » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas.» Ils lui en portèrent. Le maître goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas interpelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier, et lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant.»

Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui.

Prière sur les offrandes

En célébrant la mémoire de la bienheureuse Vierge Marie, nous t’apportons, Seigneur, un sacrifice de joie et de louange, et nous te supplions humblement : que notre reconnaissance pour tes bienfaits nous garde toujours dans l’action de grâce. Par Jésus Christ…

Préface [de l’Immaculée Conception (8 décembre)]

Vraiment il est juste et bon de te rendre gloire, de t’offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à toi, Père très saint, Dieu éternel et tout puissant.

Car tu as préservé la Vierge Marie de toutes les séquelles du premier péché, et tu l’as comblée de grâce pour préparer à ton Fils une mère vraiment digne de lui ; en elle, tu préfigurais l’Église, la fiancée sans ride, sans tache, resplendissante de beauté. Cette vierge pure devait nous donner le Sauveur, l’Agneau immaculé qui enlève nos fautes. Choisie entre toutes les femmes, elle intervient en faveur de ton peuple et demeure pour lui l’idéal de la sainteté.

C’est pourquoi, avec tous les anges du ciel, pleins de joie, nous chantons :

Antienne de la communion Luc 1, 48-49

Tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant a fait pour moi des merveilles. Saint est son nom.

Prière après la communion

Nous venons de célébrer dans la joie la Mère immaculée de ton Fils. Réconfortés par le sacrement du salut éternel, nous te prions, Seigneur notre Dieu : accorde-nous de progresser sur les chemins de la foi, et rendus participants de la table de ton Royaume, de te glorifier avec elle dans le ciel. Par Jésus Christ….

Téléchargez ce document dans d’autres langues :

(format PDF)

Source: https://amminter.org/

Visitez le site de l’Association Internationale de la Médaille Miraculeuse

Tags:

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

VinFlix

Pin It on Pinterest

Share This