dernières nouvelles sur COVID-19

COSUDOW : Prévenir et protéger les victimes de la traite au Nigeria

par | Mai 28, 2021 | Actualités | 0 commentaires

La Conférence nigériane des religieuses (NCWR – Catholic Reverend Sisters) a été choquée par l’exploitation des femmes et des filles nigérianes en Europe et dans d’autres parties du monde où elles sont prises dans les filets d’une nouvelle forme d’esclavage, la traite des êtres humains. Ils ressentaient le grand besoin de lutter pour libérer les femmes africaines des chaînes des trafiquants, les nouveaux maîtres d’esclaves. Pour être à l’avant-garde de la lutte contre cette nouvelle forme d’esclavage, les Supérieurs Majeurs du NCWR ont créé le Comité d’Appui à la Dignité des Femmes (SDCOW) en 1999. Ils ont également implanté le bureau de Benin City dans l’Etat d’Edo, la ville d’où proviennent la plupart des victimes de la traite au Nigéria. Depuis sa création en 1999, la DDC lutte contre la traite des êtres humains au Nigéria, protège les victimes de la traite des êtres humains, prévient la traite des êtres humains grâce à des campagnes de sensibilisation et de sensibilisation du public, poursuit les trafiquants et réhabilite et réintègre les victimes et les survivants de cet horrible commerce. Il enquête également sur les cas de menaces à la vie des familles de victimes qui ont décidé de quitter la prostitution pour mener une vie plus digne.

La SDC est située au 6A Ehaekpen Street, près de la rue Igbesamwan, près de Akpakpava Road, Benin City. État d’Edo, en latitude (x.y) 6,335175 et longitude (x.y) 5,628047

COSUDOW est une organisation religieuse et non gouvernementale de Benin City, dans l’État d’Edo, au Nigéria, qui s’efforce d’améliorer la vie des jeunes femmes et filles opprimées quelle que soit leur tribu, leur race ou leur religion.

La SDCW est enregistrée auprès de la Commission nigériane des affaires des entreprises (CAC) en 2005, du ministère de la Jeunesse et des Sports, de l’État d’Edo en 2004 et du ministère des Affaires féminines et du développement social de l’État d’Edo en 2012.

La DDC Benin City s’est développée au fil des années pour devenir une institution bien établie, organisée et reconnue par des organismes nationaux et internationaux qui la qualifient d’institution à laquelle on peut faire confiance en tant qu’organisation leader dans la prévention, la protection et la réintégration des victimes de la traite ( VOTs) leur donnant un espoir de guérison et d’autonomie avec une redécouverte. Il sert également de point de ressources pour les entretiens, la recherche, les collaborations et les compléments de formation industrielle.

MISSION

Promouvoir la dignité des filles et des jeunes femmes par l’éducation sur leur dignité, leurs droits, leur sexe, leur famille et leurs responsabilités et promouvoir le bien-être des femmes opprimées en les exposant à l’égalité des chances dans la sphère sociopolitique.

VISION

Une société dans laquelle les filles et les jeunes femmes sont libérées sont autonomisées, activées, valorisées et protégées et dépassent les nuances culturelles qui atténuent leur dignité.

Valeurs fondamentales

Respect, compassion, charité, intégrité, fiabilité avec la miséricorde de Dieu comme principe.

BUTS ET OBJECTIFS DE LA DDC

  • Conseil et réinsertion des jeunes femmes rapatriées ou renvoyées volontairement d’Europe et d’autres lieux impliqués dans l’exploitation sexuelle ou le commerce.
  • Éduquer et informer le grand public, les familles et les jeunes sur les dangers de voyager hors de leur pays d’origine sans documents légaux et à des fins de prostitution.
  • Veiller à ce que les victimes et leurs familles soient protégées en toute sécurité après avoir choisi de ne pas se livrer à l’exploitation de la prostitution.
  • Guider et former les victimes et les migrants potentiels à l’acquisition de compétences leur permettant d’avoir des moyens de subsistance alternatifs et significatifs.
  • Conseiller sur les plans d’affaires pour trouver des moyens de donner aux victimes de la traite des compétences commerciales et les aider à créer des entreprises qui leur permettent d’avoir une source de revenus.
  • Travailler en partenariat avec les agences gouvernementales et non gouvernementales qui s’efforcent de mettre fin à la traite des êtres humains.

ACTIVITÉS PRINCIPALES

Les activités du SDCS sont répandues et visent à restaurer la dignité des femmes opprimées et vulnérables, en particulier les victimes de la traite des êtres humains. Les activités de la DDC comprennent:

  • Abriter les victimes
  • Psychothérapie, counseling de groupe et individuel
  • Contrôle médical et direction spirituelle
  • Recherche de la famille, réconciliation et réunion des victimes avec leurs proches: certaines des victimes ont voyagé sans le consentement de leurs proches. Certains ont vendu la propriété la plus précieuse de la famille et ont utilisé l’argent pour voyager. Malheureusement, lorsqu’ils sont rapatriés les mains vides, ils ont honte et ont peur. Par conséquent, ils ne veulent pas rentrer chez eux. De la même manière, ceux qui ont été victimes de la traite par leurs propres parents ou proches ne se sentent plus en sécurité dans leur famille et ne veulent donc pas rentrer chez eux.
  • Fournir un soutien psychosocial et une thérapie psychologique aux victimes mentalement déraillées de la traite des êtres humains.
  • Abris et bourses pour les enfants vulnérables des victimes de la traite des êtres humains.
  • Impliquer les victimes et les migrants dans l’acquisition de compétences professionnelles dans leur localité.
  • Etudes de marché avant la réintégration.
  • Préparer un plan d’action commercial basé sur le choix professionnel des victimes avant l’exercice de réintégration.
  • Réintégration des victimes de la traite des personnes.
  • Créer une prise de conscience et une illustration / sensibilisation du public à travers des séminaires, des médias imprimés et sociaux, des campagnes de marché, des marches, la mobilisation communautaire, des campagnes dans les églises, les écoles et autres institutions; réunions de leaders d’opinion dans les mairies, conférences de presse, impression de banderoles, affiches, t-shirts, foulards et distribution de flyers, etc.
  • Création de réseaux et collaborations avec d’autres organisations gouvernementales et non gouvernementales et des organisations de la société civile.
  • Suivi et évaluation des progrès et des succès des victimes.

Réalisations

  • Depuis la création de la DDC, plus de 300 victimes de la traite des êtres humains se sont pleinement réintégrées dans les petites entreprises établies pour améliorer leurs moyens de subsistance. Le nombre continue d’augmenter de manière incommensurable.
  • Nous travaillons sans relâche dans les gouvernements locaux, les écoles, les institutions supérieures et les communautés, à Edo et à l’étranger, dans des campagnes de sensibilisation sur la traite des êtres humains.
  • Nous avons réussi à convaincre certains leaders communautaires (maires) et en avons fait nos ambassadeurs dans la campagne d’illustration pour lutter contre la traite des êtres humains.
  • Nous continuons à renforcer la localisation de la famille, qui est un aspect important de la réinsertion sociale car elle semble être un pilier fondamental qui empêche certaines victimes encore prises au piège d’embrasser volontairement la liberté sans aucun doute d’être rejetées par leur famille.
  • Le nombre de bénéficiaires du programme de bourses a continué d’augmenter.
  • Les gens sont de plus en plus conscients des astuces utilisées par les trafiquants pour recruter des filles et ont également compris les dangers de voyager à l’étranger sans documents valides grâce à des campagnes de sensibilisation.
  • Le coordinateur a participé et animé des séminaires, des ateliers et des conférences sur des questions liées à la migration et à la traite des êtres humains tant au niveau local qu’à l’étranger.
  • L’augmentation du nombre de chercheurs et de journalistes accueillis à la SDCW est assez impressionnante et démontre notre reconnaissance et notre réputation dans le monde.
  • La plupart des victimes réintégrées vont bien.
  • La Rapporteuse spéciale sur la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, Maria Grazia Giammarinaro, lors de sa visite au Nigéria en septembre 2018, a qualifié et reconnu le refuge SDCW de niveau international.

DÉFIS

  • La DDC doit créer son propre centre d’acquisition de compétences. Jusqu’à présent, les victimes sont référées et formées dans d’autres centres. Beaucoup veulent être formés par la DDC parce qu’ils croient que nous avons l’art de nourrir et d’inculquer les connaissances et la morale. Ils estiment que les compétences que nous leur donnerons seront très bénéfiques.
  • Véhicule (camionnette) pour les programmes de campagne de sensibilisation. Le manque de bons transports rend difficile la réalisation de campagnes d’illustration dans les villages de l’arrière-pays en raison du mauvais état des routes qui détruisent souvent les véhicules. Un véhicule neuf et durable est nécessaire, par exemple Toyota Hilux
  • Matériel de programme d’éclairage insuffisant: médias, affiches, panneaux d’affichage, affiches, brochures, affiches et dessins animés.
  • Ordinateurs et ordinateurs portables
  • Aide à la réintégration des victimes
  • Motivation du personnel et des bénévoles.
  • Entretien du bureau et manque de fonds pour les frais de fonctionnement
  • Matériel de communication lors des campagnes de sensibilisation dans les écoles et les zones rurales.
  • Fonds insuffisants pour gérer le refuge.
  • Prise en charge médicale des victimes de la traite des êtres humains et de leurs enfants.
  • Matériel de formation professionnelle tel que: fours industriels, machines à coudre et accessoires de couture, machines à tricoter, sèche-cheveux, matières textiles, cylindres, mélangeurs, cuisinières, accessoires de pâtisserie, etc. pour meubler le centre d’acquisition de compétences.

BESOINS URGENTS ET ACTUELS

  • Un terrain pour ériger un centre d’acquisition de compétences pour les victimes de la traite et construire le centre.
  • Équipe du centre de compétences, p. Par exemple: accessoires pour cheveux, poêles et cylindres, métiers à tisser, matériel informatique pour le refuge pour aider les filles à acquérir gratuitement les compétences de leur choix, etc.
  • Réparation des services de base de la maison: eau, électricité, sécurité.
  • Fourniture de kits de premiers secours pour répondre aux besoins immédiats des victimes.
  • Fonds pour les dépenses courantes / salaires du personnel

PARTENAIRES ET COLLABORATEURS DE DDC

  • Unione Superiore Maggiori di Italia (USMI) -Italie-Sœur Eugenia Bonetti, MC et Sœur Valeria Gandini, Sœurs Comboniennes
  • Agence nationale pour l’interdiction de la traite des personnes et autres questions connexes (NAPTIP), Nigéria.
  • Ambassade des Pays-Bas au Nigéria
  • Caritas Valence, Espagne
  • Caritas – Nigéria
  • Organisation internationale pour les migrations (OIM)
  • Association contre l’exportation des femmes (AAWE) -Canada.
  • Slaves No more-Onlus Italia
  • Organisation internationale du travail (OIT)
  • Office des Nations Unies contre la drogue et le crime / Institut interrégional de recherche des Nations Unies sur la criminalité et la justice (ONUDC / INICRI) -Italie / Abuja. Nous nous associons à eux en matière de réintégration et de campagne de sensibilisation.
  • Autres organisations gouvernementales et non gouvernementales, (OSC) Organisation de la société civile
  • Coalition des ONG de l’État d’Edo contre la traite des êtres humains (ENCATIP)
  • Réseau international pour la vie consacrée contre la traite des êtres humains (TALITHA-KUM), Italie.
  • Idia Renaissance, Benin City
  • Groupe de travail de l’État d’Edo contre la traite des êtres humains (ETAHT)

Adresse de contact: 6A Ehaekpen Street, à côté de Igbesamwan Street, à côté de Akpakpava Street, Benin City, Edo State

Courriel: cosudow99@yahoo.com.

Téléphone de bureau: +2348033942652,

Coordinateur: +2348060826291; philokwu@ymail.com

PHOTOS

1. CAMPAGNE SUR LE MARCHÉ: Apprenez à connaître les gens et le lieu où ils travaillent

2. BROCHURES PRODUITS ET DISTRIBUÉS

3. MARCHE: POUR LA SENSIBILISATION ET LA SENSIBILISATION DES GENS CONTRE LA TRAITE DES HUMAINS

Tags:

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

VinFlix

Pin It on Pinterest

Share This