dernières nouvelles sur COVID-19

Kenya – Journaux Vincentiens

par | Nov 8, 2020 | Formation, Réflexions spirituelles | 0 commentaires

Les yeux de Peter, laiteux à cause de la cataracte, scrutaient mon visage pour essayer de le reconnaître. Son sourire édenté s’élargit quand il vit sœur Rosemary sortir de la voiture.

Après avoir subi un « massage à la mode safari » dans la voiture 4 x 4, me trémoussant d’un côté à l’autre dans la vallée en pente plein d’ornières du Rift, au Kenya, j’étais plus que prête à descendre et à découvrir la maison de Peter.

Les vues baignées de soleil étaient magnifiques. L’herbe luxuriante ondulant dans la brise, des oiseaux tisserands construisant des nids à l’envers dans les arbres; c’est sûrement le paradis. Puis, sortant de la piste dans une clairière, je l’ai vue !

La maison de Peter. Une structure effondrée qui l’abritait autrefois ainsi que sa grande famille. Tout seul maintenant, le vieux Peter se retrouve avec l’épave en décomposition, tombant en morceaux, un bâton en bois et une motte de terre battue à la fois.

Les pluies peuvent être fortes au Kenya, et avec le changement climatique, il y a davantage de pluie hors saison. Elle érode les maisons traditionnelles construites en boue et en bâton. C’est un luxe d’avoir un toit en tôle ondulée. Le sol en terre battue de ces maisons peut cacher des insectes – des sortes de « sauteurs » qui infestent les pieds des enfants et des adultes. Je me souviens avoir vu un enfant de quatre ans dans la classe maternelle de Thigio avec ces insectes noirs vivants se tortillant dans les orteils. Sr Rosemary est habile à les extraire avec une aiguille pointue !

Sœur Mary dirige également la « classe des aînés » à laquelle Peter assiste dans le complexe des Filles de la Charité à Thigio. Des années auparavant, j’avais vu sœur Eilis lui apprendre à masser les mains et les pieds des personnes âgées. Après des années de travail dans les champs et sous le dur éclat du soleil, leur peau était craquelée. Leurs membres arthritiques, massés avec amour, étaient un tel plaisir et un tel soulagement pour eux. Pas étonnant que Peter aime tant sœur Rosemary !

Après avoir obtenu la permission d’entrer dans la « maison », nous avons chassé des poulets qui se perchaient juste à l’intérieur. Peter avait un geiko, un petit arrangement de pierres entourant le feu ouvert, soutenant une casserole d’eau bouillante. Il nous a offert une tasse de thé. Sr Rosemary, une travailleuse sociale adepte, s’est enquis de la taille de son shamba (jardin) et du site potentiel où une nouvelle maison pourrait être construite. En effet, dans le cadre de la campagne « 13 Maisons » de l’Alliance Famvin avec les personnes sans-abri, nous décidions quelles personnes âgées devraient recevoir les maisons de la première phase.

Un jeune homme est apparu et Peter l’a présenté comme son petit-fils qui vivait avec lui, car il ne pouvait pas vivre avec ses parents. Sœur Rosemary a expliqué qu’après la puberté, les jeunes hommes devaient quitter le domicile familial. Souvent, la famille construisait un abri séparé pour loger un lit, mais s’ils n’en avaient pas les moyens, le jeune homme devait partir. Certains jeunes hommes vivaient ainsi dans la rue ou à la campagne.

J’ai appris ce jour-là que ce n’était pas simplement une question de collecte de fonds pour les maisons. Des terres étaient nécessaires, la sensibilité culturelle observée, les facteurs climatiques et les besoins sociaux devaient être pris en considération.

La dignité calme et patiente que Peter a maintenue tout au long de notre visite a été mise en évidence par son acceptation de ce maigre abri. Un jour, avec Sr Rosemary à ses côtés, il disposera d’un meilleur foyer, si Dieu le veut.

Journaux Vincentiens examine de plus près certaines des expériences les plus personnelles des Vincentiens travaillant avec des personnes sans-abri, des habitants de taudis et des réfugiés. Ils révèlent des moments qui nous ont inspirés, des situations qui nous ont laissés sans voix et choqué, ainsi que les personnes qui ont croisé nos chemins et nous ont montré qu’il fallait en faire plus.

Ce qui les relie, c’est cet engagement vincentien envers les plus pauvres… et l’espoir qu’en tant que Famille, nous pouvons faire davantage.

Dee Mansi

Source: https://vfhomelessalliance.org/

Tags:

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This