dernières nouvelles sur COVID-19

Le bonheur malgré l’isolement social

par | Mar 26, 2020 | Formation, Réflexions spirituelles | 0 commentaires

Le Coronavirus (COVID-19) a progressivement brisé le monde entier en peu de temps. Malgré les avertissements, les gens ont voyagé, ont fait la fête, des réunions, et ne semblaient pas se soucier de la distanciation sociale. Quand il a commencé en Chine et plus tard en Italie, beaucoup n’ont pas compris la gravité de la situation avant qu’il ne frappe nos propres pays et nos villes. Nous avons vu la vidéo déchirante d’une femme chinoise courant après le corbillard qui portait le corps de son mari n’ayant pas la possibilité de dire au revoir pour la dernière fois. Comme Bergame en Italie n’a pas de place pour enterrer ses morts dans les cimetières, des véhicules militaires ont été déployés pour transporter les cercueils à l’extérieur de la ville pour l’incinération.  Le nombre de morts est alarmant dans les pays touchés par le Covid-19, et le nombre de personnes touchées se multiplie chaque jour. Le 21 mars, le Premier ministre italien Giuseppe Conté a tweeté : « Nous avons perdu le contrôle de l’épidémie. Nous sommes morts physiquement et mentalement. On ne sait plus quoi faire. Toutes les solutions sur terre sont épuisées. La seule solution est au ciel. »

Jusqu’à présent, quand quelqu’un appeler à ne pas paniquer, nous l’écoutions. Mais maintenant, nous sommes paniqués, et en même temps, nous devons être responsables de notre vie et de celle de notre voisin.  C’était nouveau qu’aux États-Unis et en Grande-Bretagne, les gens n’aient pas suffisamment de papier hygiénique, de thermomètres et de désinfectants pour les mains. Nous sommes paniqués maintenant, non pas pour collecter du papier hygiénique, mais pour sauver nos vies et la vie des autres. À l’heure actuelle, il n’est pas constructif de se demander ce que fait le gouvernement et ce que font les autorités de l’Église. Ce n’est pas le moment de paniquer au sujet des annulations du culte dans l’église. Aucun gouvernement au monde n’a été en mesure de s’occuper du problème. La question dépasse le pouvoir du gouvernement. Il échappe au contrôle des autorités ecclésiastiques. Personne ne peut tromper le virus : le virus ne vous connaît pas et ne peut pas faire la distinction entre les riches et les pauvres. Il n’y a pas de parti politique pour le virus, pas de groupe religieux. Tout le monde sera touché si nous ne sommes pas des citoyens responsables. Si nous ne devenons pas responsables d’avoir participé à endiguer la propagation du virus, nous n’aurons peut-être pas une seconde chance de le regretter.

Maintenant, ce qui compte, c’est la sécurité de tous. Nous pourrons nous embrasser plus tard, nous pourrons nous serrer la main, faire la fête, revenir à nos assemblées de prière communautaire : pour tout cela, nous devons rester en vie. La seule façon d’être en vie est de suivre les instructions.

Nous avons appris à utiliser de nouveaux termes tels que le confinement, l’isolement social, la distanciation sociale, le ralentissement et le couvre-feu. Le traumatisme psychologique pour beaucoup de gens est d’être isolé parce que notre monde ne nous a jamais appris à profiter de la solitude, à se taire pendant au moins dix minutes par jour. Nous étions toujours occupés par des amis, des bars, des rencontres sociales, des cinémas, des fêtes, et nous avons atteint un niveau où nous ne pouvons plus penser une minute sans une vie sociale. Nous n’aurions jamais imaginé qu’un jour comme aujourd’hui viendrait. Le COVID-19 a affecté tout le monde. Il a changé l’économie, l’emploi, les familles, les personnes âgées, les malades, les nécessiteux et la société en général. Lorsqu’une catastrophe naturelle se produit, les gens conjuguent leurs blessures et reviennent à une vie normale en peu de temps par le pouvoir de la résilience. Dans ce cas, il s’agit d’une souffrance progressive plus qu’un événement ponctuel. Certains souffrent plus que d’autres.

Il est essentiel de comprendre que le confinement est une restriction temporaire. Nous ne pouvons cependant pas prédire combien de temps cela peut durer. La quarantaine est une restriction imposée en lieu et place de l’emprisonnement pour les personnes infectées par une maladie contagieuse. L’isolement est imposé pour contrôler la propagation de la maladie. Nous pouvons lire dans la Bible (Lévitique 13) que la quarantaine a été imposée aux personnes qui ont été infectées par une maladie contagieuse. C’était pour la sécurité de tout le monde.

Les gens peuvent-ils être heureux lorsqu’ils sont isolés socialement ? Bien sûr que oui. Des études montrent qu’au-delà de notre héritage ou de la situation à laquelle nous sommes confrontés, il y a un facteur fortement déterminant pour le bonheur : notre comportement. Ainsi, la clé du bonheur réside dans nos activités quotidiennes. Notre vie quotidienne a en effet soudainement changé. Nos déplacements sont limités ; nous ne pouvons pas aller au restaurant pour déguster notre plat préféré.  Nous devons faire une longue file d’attente pour payer à l’épicerie ; nous ne pouvons pas rencontrer nos amis et les membres de notre famille comme avant. Mais ce n’est peut-être que pour une courte période. Notre bonheur ne dépend pas fortement de nos circonstances de vie.

Comment faire des choix judicieux pour être heureux en ces moments difficiles ? Réorganisons nos vies à partir de l’endroit où nous sommes actuellement. Il n’y a aucune raison d’être triste ou d’avoir peur pour ce qui se passe. Ce n’est pas de notre ressort de le contrôler. Voici quelques suggestions pour améliorer la vie en ce moment de distanciation sociale.

  1. Recommencez à communiquer : Souvent, avec nos horaires chargés, nous n’avons jamais assez de temps pour communiquer avec nos amis et nos proches. C’est le moment de redémarrer. Appelez vos amis et les membres de votre famille qui sont proches et loin en utilisant diverses technologies disponibles dans votre combiné. Facetime, WhatsApp, Facebook, Google duo, et twitter sont quelques-uns des programmes que nous pouvons utiliser aujourd’hui. Passez-y un peu de temps tous les jours. Maintenant, nous ne pouvons plus nous plaindre de ne pas avoir de temps.
  2. Trouvez quelque chose d’intéressant à faire. Faites cuire votre nourriture préférée, trouvez une recette, faites-la en famille. Demandez à votre mère comment faire un plat particulier.
  3. Recherchez des films que vous pouvez regarder en famille. Cherchez votre émission de télévision préférée. Détendez-vous et regardez sans vous soucier de votre travail ou du COVID-19.
  4. Lisez quelques livres. Si vous n’avez pas dans votre maison, commandez en ligne. Recherchez les livres que vous avez toujours voulu lire ou qui vous intéressent.
  5. Trouver un peu de temps pour l’exercice physique. Promenez-vous si l’endroit où vous vivez y est propice sans contrevenir aux règles du confinement. Dépoussiérez la machine de sport que vous avez achetée et n’avez jamais utilisée pour commencer à s’en servir.
  6. Démarrer un cours en ligne. Il y a beaucoup de cours en ligne offerts comme “Coursera” où ils ont plus de 1400 cours à choisir.
  7. Aider quelqu’un dans le besoin, surtout si vous connaissez une personne âgée dans notre quartier qui a besoin d’aide pour acheter des produits à l’épicerie ou de donner un appel téléphonique pour vous enquérir de sa santé.
  8. Trouver un peu de temps pour prier en famille : prier le chapelet est une excellente façon de commencer. Qu’il fasse partie de votre vie. Apprenez à être seul et à profiter de la solitude.
  9. Lisez la Bible et trouvez des mots réconfortants et partagez-les avec votre famille et vos amis. Par exemple, « Car notre détresse du moment présent est légère par rapport au poids vraiment incomparable de gloire éternelle qu’elle produit pour nous. » (2Co 4,17). Ou “nous savons que toutes les choses fonctionnent pour de bon pour ceux qui aiment Dieu, qui sont appelés selon son but” (Rm 8,28)
  10. Établissez une bonne relation avec Dieu dans votre solitude. Ayez confiance en Sa miséricorde aimante.  Car moi, je connais les pensées que je forme à votre sujet – oracle du Seigneur –, pensées de paix et non de malheur, pour vous donner un avenir et une espérance. ” (Jr 29,11)

P. Shijo Kanjirathamkunnel, cm
Mission d’Alaska
Traduit par : Jean-Baptiste GNIN
Source: https://cmglobal.org/

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This