La Société de Saint Vincent de Paul du Canada s’est engagée dans une campagne triennale sous le thème « UN LOGEMENT SAIN, SÉCURITAIRE ET ABORDABLE EST UN DROIT HUMAIN ». Le comité national de justice sociale croit fermement que si nous adoptons un enjeu majeur et concentrons nos efforts sur cet enjeu particulier pendant trois ans, nous serons en mesure d’avoir un impact positif sur cet enjeu et en même temps de démontrer à nos membres ce que la justice sociale en action peut accomplir.

En choisissant le logement et l’itinérance, nous mettons l’accent sur bien plus que le seul logement abordable. Comme de nombreux vincentiens le découvrent lors des visites à domicile et autres activités impliquant nos voisins dans le besoin, le logement doit aussi être un endroit sain et sécuritaire, où l’on vit dans des conditions qui ne sont pas inférieures aux normes de base en matière de construction et de sécurité. Un logement peut être une propriété ou une unité de location. Nous devons aussi réaliser que plusieurs familles actuellement logées n’en sont qu’à un mois ou deux de se retrouver à la rue. L’itinérance est un enjeu majeur pour bien des gens qui sont en liste d’attente pour un logement ou qui ont vécu sans abri pendant de longues périodes.

Notre campagne estime très important de mettre l’accent sur le logement en tant que droit humain fondamental et la reconnaissance de l’impact que peut avoir sur la dignité de toute personne le fait d’avoir un endroit où loger. Au Canada, l’opinion publique estime qu’une personne ou famille ne devrait pas consacrer plus de 30 % de ses revenus au logement. Nous avons vu des familles devoir consacrer au logement bien plus que ce seuil de 30 %, ce qui les place dans une situation des plus précaires.

Notre campagne mettra l’accent sur la nécessité pour nos membres de s’impliquer dans leurs communautés respectives. Ces membres connaissent les lacunes et les besoins locaux et sont au fait des efforts consentis localement pour collaborer sur les questions de logement. Nos membres peuvent faire une réelle différence en ce qui a trait à la crise de logement et d’itinérance, par la prise de position, l’action et la prière.

Nous croyons également que cette campagne pourra avoir quatre conséquences positives sur nos collègues vincentiens :

  1. l’engagement dans des œuvres vincentiennes élargies et plus significatives,
  2. l’approfondissement de la spiritualité vincentienne,
  3. la promotion de l’activité vincentienne, et
  4. le développement de la Société et de ses membres.

Ensemble, avec nos voisins dans le besoin, nous pouvons avoir un impact positif sur le logement et l’itinérance.

A propos de l’auteur :

Jim Paddon vit à London, en Ontario, au Canada. Il a été président du conseil régional de l’Ontario de la Société de St. Vincent de Paul. Il est actuellement président du comité national de justice sociale de la Société au Canada. Il est marié à sa chère épouse Pat et ils ont six filles et onze petits-enfants. Jim est membre de la Société depuis les années 70.

Les opinions exprimées sont les opinions de l’auteur et ne représentent pas officiellement celles de la Société de Saint-Vincent de Paul.

 

Pin It on Pinterest

Share This