Nous étions à la mi-septembre lorsque, une fois encore, j’ai eu le privilège de me rendre à Untermarchtal, en Allemagne. Les Sœurs de la Charité de Saint Vincent de Paul m’avaient invitée à participer à leur journée portes ouvertes annuelle, événement qui rassemblerait sympathisants, bénévoles et amis de leurs missions en Allemagne et à l’étranger.

C’était comme si je n’étais pas parti.

L’accueil était aussi chaleureux et affectueux que la première fois ; l’hospitalité aussi mémorable qu’avant. J’étais si heureuse que les sœurs m’aient invitée et d’avoir l’occasion d’en apprendre davantage sur leur engagement non seulement en Allemagne, mais aussi en Tanzanie et en Éthiopie. Leurs activités semblent illimitées : elles dirigent des hôpitaux et des maisons de retraite, des jardins d’enfants, une école pour enfants sourds, des centres de santé et bien plus encore. Et elles permettent à de jeunes volontaires allemands de participer à tous ces projets, élargissant ainsi leurs horizons et leur donnant l’occasion de se renseigner sur les questions sociales dans leur pays et à l’étranger.

Tous les visiteurs de la journée portes ouvertes semblaient être aussi impressionnés que moi et tous semblaient avoir envie d’en savoir plus sur le travail vincentien. Je me suis rendue compte de cela lors de la présentation sur l’Alliance Famvin avec les personnes sans-abri (FHA en anglais) et sur la Campagne « 13 Maisons ». Au début, tout le monde écoutait attentivement mais assez tôt; les discussions ont rempli la salle – commentant les problèmes de la pauvreté, du logement abordable et de la nécessité des mouvements populaires ainsi que des changements de politique du haut. Il y avait une profonde compréhension de la complexité de la question des sans-abri mais également de la grande question de «Comment pouvons-nous y mettre fin?».

C’est une question difficile à répondre.

Pour ma part cependant, je suis tout à fait convaincu que, ensemble, nous pouvons trouver une réponse au sans-abrisme. Je crois que nous avons les connaissances, les compétences et les ressources. Je crois que si nous continuons à nous rassembler – comme nous l’avons fait ce jour-là – et si nous collaborons, nous pourrons mettre fin au sans-abrisme et créer un monde dans lequel chacun aura sa place à la maison.

Anja Bohnsack, Directrice de la Recherche et du Développement
Source: https://vfhomelessalliance.org/


Tags:

Pin It on Pinterest

Share This