Il semble qu’en tant que membres de longue date et plus âgés de la Société de Saint-Vincent de Paul, ici au Canada, nous sommes toujours prêts à parler de notre besoin d’accueillir davantage de jeunes au sein de la Société. Pourtant, lorsqu’ils font partie de nos rangs, nous omettons souvent de leur donner plein droit de parole quand il s’agit de planification et d’action. J’ai moi-même l’occasion de travailler avec une conférence jeunesse très active, ici à London, en Ontario, dirigée par un fantastique leader et mentor.

Non seulement ces jeunes se consacrent à diverses activités de bienfaisance régulières, mais ils accordent aussi une place privilégiée aux enjeux de justice sociale, notamment le droit à l’eau potable salubre et le suicide chez les adolescents. Les membres jeunesse participent également aux appels conférence réguliers du comité national de justice sociale. La justice sociale constitue un excellent pôle d’attraction pour recruter davantage de jeunes au sein de la Société et une façon efficace de leur donner une voix en matière de planification future. Lors de notre récente assemblée générale annuelle (AGA), j’ai assisté à un atelier présenté par deux jeunes membres, intitulé La dernière mode et l’enseignement social catholique (Fast Fashion and Catholic Social Teaching). Les animateurs nous ont guidés tout au long d’un atelier bien ficelé et regorgeant d’information sur l’industrie du vêtement et les conditions dans lesquelles les ouvriers des pays étrangers doivent travailler pour arriver à nourrir leur famille.

L’atelier traitait également des droits des travailleurs et du salaire équitable ainsi que des effets négatifs de cette industrie sur l’environnement, incluant le sablage, la biodégradation et les eaux usées. Nous avons appris comment nos enseignements sociaux catholiques sont reliés à ces enjeux. Nous avons discuté de dignité humaine, des droits des travailleurs et de solidarité. Nous avons aussi échangé sur comment nous, citoyens d’Amérique du Nord, pouvons avoir un impact positif sur ces conditions en modifiant nos habitudes de consommation et aussi en prenant position en faveur du changement.

Cet atelier a suscité des discussions très animées et intéressantes, initiées par les animateurs. Ce fut là un très bel exemple de ce que nos jeunes peuvent accomplir si on leur en donne l’occasion. J’invite donc nos membres plus âgés à demeurer toujours ouverts aux interventions de nos jeunes. Donnez-leur la chance de s’exprimer au même titre que les autres et encouragez-les à émettre de nouvelles idées. Si vous désirez voir la présentation de l’atelier dans son ensemble ou tout autre atelier de l’AGA, vous pouvez y accéder en visitant notre site web national (www.ssvp.ca).

Pin It on Pinterest

Share This