« Je vous ai donné un modèle à suivre, de sorte que, comme je l’ai fait pour vous, vous devriez également le faire. » [1]

À une occasion, le pape Paul VI a déclaré: « La Société de Saint-Vincent-de-Paul est l’école où vous apprenez et pratiquez la charité. »[2] Bien sûr, une telle déclaration n’est jamais faite par un Souverain Pontife à n’importe quel moment. Paul VI, par cette déclaration, a souligné le travail de la Société de Saint-Vincent-de-Paul et a ainsi révélé aux membres que leur tâche était l’une des plus nobles.

Selon notre Règle, le trépied de la spiritualité vincentienne se concentre sur la Bible, la prière et les enseignements de l’Église. J’ajouterais un autre élément: une réflexion sur la vie et l’œuvre de saint Vincent de Paul, du bienheureux Antoine Frédéric Ozanam et sur l’extraordinaire exemple de la Vierge Marie, modèle de femme et de mère.

Saint Vincent de Paul, notre patron, enseignant et inspirateur, a enseigné que la spiritualité reposait sur deux facteurs: l’imitation de notre Seigneur Jésus-Christ et la confiance en la Providence[3]. Pour imiter le Christ, Vincent a enseigné à ses amis: « Regardez Jésus et essayez de l’imiter. Puis, demandez-vous ce que le Christ ferait dans une telle situation.» Quant à la providence de Dieu, le saint patron de la charité a déclaré: « Laissons cela à la direction de la sage Providence de Dieu. J’ai un dévouement particulier à le suivre. ». Combien de fois, dans nos conférences, Dieu a-t-il pourvu aux besoins les plus élémentaires?

La liste des vertus énumérées par saint Vincent, qui font également partie de la spiritualité de chaque chrétien, comprend la charité, l’humilité, la patience et l’obéissance. « Il y a une fausse humilité qui ressemble à de l’ingratitude, et l’ingratitude est le crime des crimes[4]. », il l’a écrit dans l’une de ses 30 000 lettres à des amis, à sa famille, à des religieux et à des partisans. Cependant, l’objet de la spiritualité vincentienne est de renforcer les hommes et les femmes à mesure qu’ils s’approchent des pauvres.

Pour que notre action ne soit pas confondue avec une simple philanthropie ou une assistance, il est nécessaire que les membres de la Société de Saint-Vincent de Paul soient reliés à Dieu par une vie spirituelle intense. Nous avons reçu la grâce de continuer à développer notre vie spirituelle par la pratique de la charité et par une prise de conscience de plus en plus profonde de la nécessité de grandir dans la sainteté. Nous sommes membres d’une organisation qui unit la prière et l’action.

De la même manière que nous voyons le Christ dans le visage des innombrables hommes et femmes pauvres que nous servons, les pauvres que nous visitons doivent aussi voir le Christ dans nos visages. Cela implique d’être constant et persévérant. Dieu nous a montré un chemin sacré qui nous permettra d’atteindre le salut : la Société de Saint-Vincent-de-Paul. Par conséquent, nous devons vivre notre spiritualité vingt-quatre heures par jour (en tout temps et en tout lieu). Jésus a dit: « Quiconque croit en moi fera les œuvres que je fais et en fera de plus grandes que celles-ci » [5].

Nous arrêtons-nous parfois pour réfléchir à la visite que nous avons faite à nos assistés? C’est une sorte de sacrement, puisque nous allons rencontrer Jésus par le plus nécessiteux, de la même manière que nous le retrouvons dans l’Hostie consacrée, dans la Sainte Eucharistie. C’est le point central de la spiritualité vincentienne.

Renato Lima de Oliveira
16ème Président Général de la Société de Saint-Vincent-de-Paul

[1] Jn 13h15.

[2] Cf. Discours du Saint Père Paul VI aux Conférences de Saint -Vincent de Paul. Lundi 9 novembre 1964.

[3] Cf. SVP IX, Conférence 97 : Sur la confiance en la Providence.

[4] Cf. SVP III, lettre 889: À Juan Bourdet, Supérior De Saint-Meen.

[5] Jn 14, 12.

Pin It on Pinterest

Share This