Qui eût pensé qu’il y aurait des Filles de la Charité quand les premières vinrent en quelques paroisses de Paris ? Oh ! Non, mes filles, je n’y pensais pas … Dieu y pensait pour vous. C’est lui, mes filles ! (St Vincent)

Court regard sur l’histoire de la Province

Dieu pensait aussi à un petit pays, la Slovénie, et aux appels de ses Pauvres. C’est Lui, qui au 19 siècle appela la jeune comtesse Léopoldine Josépha Brandis, à Graz, en Autriche, pour les servir. Inspirée par l’Esprit Saint, après avoir uni sa petite communauté des sœurs de la Miséricorde aux Filles de la Charité de Paris,amena ses Sœurs à 1952 à Ljubljana ; et, plus tard, en Croatie qui, comme la Slovénie, en ce temps-là fut partie de l’Empire Autrichien. Avec les candidates nombreuses, la Province pouvait élargir ses œuvres au bien des malades, isolés, enfants orphelins, femmes détenues, etc. De plus, pour veiller pendant la nuit auprès des malades, elle donna la naissance à une nouvelle Communauté sur notre sol, celle des Filles des malades, aujourd’hui la Congrégation des Sœurs de Marie de la Médaille miraculeuse.

Après la première guerre mondiale, les nouveaux Etats se sont constitués, sur ce territoire, et par conséquent des nouvelles Provinces. Ainsi le 5 avril 1919 a été fondée la Province de Yougoslavie. En dépit de grandes difficultés, surtout au commencement, la Province s’épanouit, beaucoup de jeunes filles du pays voulaient devenir Filles de la Charité pour servir les Pauvres. En 1920, par les médecins serbes qui voyaient le travail dévoué des Filles de la Charité à l’étranger, les Sœurs ont été demandées pour Belgrade, alors la Capitale de la Yougoslavie. Demandées de nouveau, dans quelques années, les autres les suivaient. De même à Kosovo et en Macédoine. Avec leur travail désintéressé, elles se sont inscrites dans l’histoire comme celles qui bâtaient les ponts entre les Eglises Catholique et Orthodoxe.

Pendant la deuxième guerre mondiale, elles servaient aussi les blessés de guerre dans les hôpitaux provisoires. Province comptait alors plus de 1200 Sœurs.

La guerre finie, le nouveau régime communiste, en Slovénie, dans les années 1945-1948 voulait empêcher toutes les Religieuses de travailler dans les hôpitaux et les institutions scolaires. Peu à peu, les Filles de la Charité ont été congédiées, commençant par celles qui s’occupaient d’éducation. Le 8 mars 1948, les dernières Sœurs (au nombre de 300) furent renvoyées de tous les hôpitaux et d’autres institutions. Cependant, elles pouvaient y rester si elles refuseraient d’être membres de la Compagnie des Filles de la Charité. Sauf quelque petite exception, toutes restaient fidèles.

Etant privées aussi de leurs maisons, une soixantaine de Sœurs malades et âgées furent installées dans un vieux château, donné par l’Etat, presque inhabitable, à la campagne. Une cinquantaine des Sœurs étaient emprisonnées par des inculpations fausses. Nombreuses partaient en Serbie, à Kosovo et en Macédoine, où la Providence leurs avait préparé d’avance l’abri et le travail ; là, le régime communiste était moins rigide. Dans les années suivantes, les Sœurs en Slovénie se regroupaient en petites Communautés. La maison provinciale fut transférée à Belgrade ainsi que le Séminaire. Les candidates venaient aussi de Croatie, du Kosovo, de Macédoine.

Les évènements en année 1991 provoquaient aussi les changements en Province. La situation en Serbie devenant incertaine, la plupart des Sœurs, ainsi que la maison provinciale avec le Séminaire rentraient en Slovénie. Le changement politique et social en Albanie attirait en ce pays, durement éprouvé, des Filles de la Charité en année 1992. Ainsi le 4 avril 2000, dans le cadre de la Province de Slovénie, était instaurée la Région d’Albanie, comprenant Kosovo et Albanie.

Célébration du Centenaire

Le 5 avril 2019, nous avons fêté, discrètement, en prière reconnaissante, 100 ans de notre Province tandis que la célébration extérieure et solennelle avait lieu le 27 avril, à Celje, dans la Maison et dans l’Eglise de St Joseph gérées par la Congrégation de la Mission. C’est là que les premiers Lazaristes de la Province d’Autriche venaient en année 1852. La célébration a rassemblé les Filles de la Charité de la Province et de la Région, les Pères lazaristes, les membres de la Famille Vincentienne et nos amis.

La solennité a été introduite par l’Adoration du Très Saint Sacrement qui était suivie d’accueil des nouveaux Affiliés des Filles de la charité.

L’académie a repris la vie de la Province pendant cent ans par chants, courtes scènes et d’une belle exposition photographique sur l’histoire de la Province. Allocution du Père Général a résumé les riches années de la Province et nous a stimulées pour l’avenir : « Le futur est face à nous. Jésus reste notre premier et seul amour. Tout est pour Lui. La Sainte Vierge vous montrera les chemins vers les plus pauvres, vers les gens de la périphérie… «

C’est la messe d’action de grâce qui, dans l’après-midi, présidée par Cardinal Mgr Franc Rode en assistance de Supérieur Général Père Tomaž Mavrič, les Archevêques, Évêques, les Prêtres lazaristes et d’autres prêtres qui collaborent avec les Filles de la charité, était le sommet de la journée ainsi que de notre remerciement pour toutes les grâces dont la Province avait jouîtes pendant 100 an de son existence.

 

Filles de la charité Province de Slovénie

 

Pin It on Pinterest

Share This