L’un des grands problèmes du monde actuel est la migration, parfois nous pensons que ce phénomène ne se produit que dans les pays d’Europe ou des États-Unis. Comment les pays d’Amérique latine vivent-ils cette situation? Le Père Alejandro Febres, c.m. nous partage sa réflexion dans la Province du Chili.

Il y a environ une semaine et demi, 51 Colombiens ont été expulsés du Chili. Comme le rapportent les médias, tous avaient des casiers judiciaires, ils étaient liés au trafic de drogue et purgeaient encore des peines. Ils ont été ramenés dans leur pays avec l’engagement de ne jamais revenir dans notre pays.

Selon certaines enquêtes, la plupart des gens ont approuvé la mesure. Mais je suis resté avec un goût amer. Non pas parce que, comme certains le peuvent penser, je protège le trafic de drogue ou la délinquance, mais parce que je crois qu’actuellement, à partir de ce que la presse a continué à diffuser, sans plus de sources réelles, nous criminalisons certains groupes sociaux, en particulier les émigrants.

Mais pas un migrant quelconque, non, ce sont plutôt des migrants pauvres. Autrement dit, les migrants pauvres nous dérangent, surtout si ceux-ci ont des traits indigènes, afro-américains, et encore plus s’ils parlent ou ont une culture très différente de la nôtre.

Le philosophe espagnol Adela Cortina a créé, il y a moins de dix ans, un néologisme, un mot nouveau, pour définir ce que vivent les Chiliens. Aporophobia.

L’Aporophobia est la haine (phobie) des pauvres (aporos). La plupart des gens diront que ce n’est pas le cas, que ceux qui ont été expulsés étaient des délinquants qui venaient nuire aux Chiliens, ils étaient des parasites, etc.

Cependant, nous n’exprimons rien sur les consortiums étrangers qui ont pris possession de l’eau, du lithium, de nos réseaux de communication (téléphonie, le Chili a la téléphonie la plus chère de toute l’Amérique latine, les routes, les moyens de communication), non, ils viennent investir. Pourtant l’investissement a triplé dans les gains qui se manifestent. Mais comme ils sont blonds, aux yeux bleus, ils parlent bien, nous avons toujours eu une faiblesse pour les langues étrangères, surtout l’anglais, le français, l’allemand, le yougoslave, etc., ils viennent améliorer la population.

J’ai entendu dire ces derniers jours que les maladies telles que la tuberculose, la diphtérie et la rubéole ont augmenté et ont triplé. Que le sida s’est propagé et s’est transformé en problème épidémiologique car les Haïtiens l’ont apporté, parce que tout le monde est infecté. Personne ne m’a donné des preuves objectives, des graphiques ou des études sérieuses. Mais le ministère de la santé a-t-il fait savoir où? Nous ne savons pas encore. Le sida a augmenté parce qu’il n’existe pas de politiques continues visant à assurer une éducation sexuelle claire, directe aux adolescents et aux jeunes, mais pas parce que plus ou moins de migrants sont arrivés.

Les Péruviens, nous les avons laissés tranquilles parce que leur migration est déjà établie dans notre pays (depuis plus de vingt ans). Beaucoup d’entre eux ont trouvé leur place dans le domaine de la gastronomie et cela leur a permis d’améliorer leur situation. Ils ont déjà des enfants dans notre pays, ils investissent et paient des impôts, ce qui fait d’eux des entités juridiques. Ils sont déjà assimilés à la société chilienne, la même chose s’est produite au siècle dernier avec la communauté palestinienne. Cela fait partie des processus de sédimentation sociale qui sont toujours vécus.

Maintenant, nous avons les Vénézuéliens qui sont venus chercher les meilleures possibilités économiques, les Colombiens, qui sont arrivés, certains cherchent même l’exigence de réfugié produite par la violence institutionnalisée qui existe en Colombie; les Équatoriens, en particulier d’origine otabaleños, un groupe ethnique principalement dédié au commerce et à nos bons Haïtiens qui ont échappé à une réalité de profonde misère dont nous sommes tous conscients à travers les nouvelles et qu’ici quelque chose s’est amélioré.

Cependant, nous avons continué à criminaliser beaucoup d’entre eux: les Colombiennes et Colombiens viennent se prostituer et trafiquer des drogues, les Haïtiens vivent comme des animaux, ils ne parlent pas le castillan et vivent presque de la mendicité, les Équatoriens se consacrent uniquement au commerce ambulant, les Vénézuéliens nous volent le travail.

Certaines municipalités pénalisent le travail des marchands ambulants car ils font partie de réseaux qui compromettent la stabilité du commerce. Ma question est la suivante: ces réseaux manipulent-ils des étrangers ou des chiliens? Pourquoi devons-nous punir les vendeurs et ne pas aller à ceux qui les soutiennent?

Si les Colombiens se prostituent ou vivent du trafic de drogue, c’est parce que nous ne présentons pas de politiques visant à développer les possibilités d’inclusion sociale comme ils l’ont fait avec nous en Suède, en Norvège ou en Finlande lorsque nous avons dû nous exiler. La même chose avec les Haïtiens. Et si les Vénézuéliens viennent voler nos emplois, ils seront mieux satisfaits, ils sont plus prudents, plus soucieux de l’intérêt du client, ou plus préoccupés par la présentation individuelle des Chiliens.

Les pauvres nous compliquent parce que nous devons partager avec eux les ressources que l’on pense souvent aux Chiliens, comme cela se passe avec le bien que l’Etat accorde.

Tout ce que j’ai rapporté, je l’ai reçu des gens, certains catholiques de l’Église qui tentent de justifier leur phobie des migrants en le déguisant avec une charité chrétienne présumée, je le dis pour “son bien”, “dans son pays ils iraient mieux”, “nous devons nous préoccuper d’abord de nos pauvres”. Nous oublions qu’être chrétien nous amène à protéger l’orphelin, la veuve et l’étranger, et que l’une des expressions de l’Évangile nous dit que “j’étais un étranger et vous m’avez accueilli”. Et pour ceux qui ne sont pas chrétiens, accueillir le migrant nous fait être un avec l’autre. Reconnaître dans l’autre un être humain.

Ne nous laissons pas emporter par tout ce que dit la presse, ne nous croyons pas tout ce qui apparaît sur internet et dans les réseaux sociaux. Les migrants, pauvres ou riches, ne sont ni meilleurs ni pires que nous, ils sont égaux à nous. Leur formation professionnelle et sociale est similaire à la nôtre. Ils ne nous nuisent pas socialement, au contraire, la migration est toujours un sédiment pour notre société, elle nous rend plus tolérants à nos propres défauts, elle nous complète dans nos différences. Ne nous continuons pas à cultiver la xénophobie et l’aporophobie. Donnons une chance à la différence culturelle.

Auteur: Alejandro Fabres, C.M.
Source: cmglobal.org

Pin It on Pinterest

Share This