La Congrégation de la Mission fait partie du Comité des Organisations Non Gouvernementales (ONG) qui défend les intérêts des Nations Unies contre la traite des êtres humains. Notre représentant à l’ONU fait également partie de la commission centrale de la Vie Consacrée Américaine contre la traite des êtres humains (9 commissions régionales ou nationales). Pour cette raison, nous sommes aussi associés à Talitha Kum, le réseau international de la Vie Consacrée contre la traite.

La traite des êtres humains est l’exploitation criminelle de femmes, d’hommes et d’enfants à des fins diverses, dont le travail forcé et l’exploitation sexuelle. L’Organisation internationale du travail (OIT) estime qu’environ 21 millions d’individus sont victimes du travail forcé dans le monde. Cela inclut également les personnes victimes du travail forcé et de l’exploitation sexuelle. Même si le nombre exact de victimes n’est pas connu, on estime actuellement à plusieurs millions le nombre d’individus vendus à des fins lucratives dans le monde. Tous les États sont affectés par la traite des êtres humains, soit en tant que pays d’origine, voie de transit ou destination des victimes.

Ce Fond a pour objectif principal de faciliter l’assistance et la protection des victimes de la traite sur le terrain, notamment par le biais de subventions accordées à des ONG spécialisées. Cependant, étant donné le travail de nombreuses organisations sociales, communautés religieuses, ONG, etc., il sera nécessaire par la suite de prioriser les victimes issues d’un contexte de conflit armé et celles identifiées parmi les grands flux de réfugiés et de migrants. Le Fonds apportera également son assistance auprès des victimes de la traite à des fins d’exploitation sexuelle, de trafic d’organes, de mendicité ou de criminalité forcée, et à toute nouvelle forme d’exploitation (par exemple la pornographie en ligne ou le prélèvement de tissus).

En septembre 2015, les pays du monde entier ont adopté le Programme de Développement Durable 2030, dont les objectifs tentent de mettre un terme à la traite et à la violence contre les enfants, en proposant des mesures qui vise à éliminer toutes les formes de violence et d’exploitation des femmes et des filles. Les Objectifs de développement durable ont également pour cible l’interdiction et l’élimination du travail des enfants sous toutes ses formes, de l’esclavage moderne et de la traite des êtres humains.

‘répondre au trafic pour protéger les enfants et jeunes’

Cette année l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a choisi de «répondre à la traite des enfants et des jeunes» comme thème de la Journée internationale. La campagne de cette année souligne le fait que près d’un tiers des victimes de la traite sont des enfants. Le thème attire l’attention sur les problèmes rencontrés par les enfants victimes de la traite et met ainsi l’accent sur les actions à entreprendre en vue de protéger et d’assurer les droits des enfants victimes de la traite.

Nous vous invitons à honorer cette journée internationale contre la victimisation des êtres humains par vos prières et vos réflexions, à vous informer et à vous associer aux efforts locaux ou nationaux afin que cette journée marque une nouvelle étape dans notre engagement contre la traite des personnes. Nous pouvons collaborer avec les efforts que d’autres ont organisés dans la prévention, l’accompagnement, le sauvetage, la guérison et la relocalisation sociale et professionnelle des victimes.

Pourquoi une journée internationale contre la traite des êtres humains?

Ce n’est pas une fête … c’est un jour pour résister, sensibiliser, attirer l’attention des sociétés et des nations pour souligner ce problème important mais non résolu, en suspens afin que, grâce à cette prise de conscience, les gouvernements et les états puissent agir et prendre des mesures ou bien que les citoyens puisse l’exiger de leurs représentants.

New York, 30 juillet 2018
Bureau des Nations Unies de la Congrégation de la Mission

Pin It on Pinterest

Share This