La visite à Rome que le père Pedro Pablo Opeka, CM, a été fait ces derniers jours a un double objectif: faire connaître le travail accompli à la Mission de Madagascar parmi les plus oubliées et lever des fonds pour poursuivre le travail dans Akamasoa pauvres. Lors de la conférence de presse tenue à Rome, le père Pedro a déclaré: « quand les gens voient que leur contribution économique, généreusement donnée, est bien investie dans le bien des pauvres, continue de les soutenir ».

La conférence de presse a réuni, entre autres, le Supérieur Général, le Père Tomaž Mavrič, CM et ambassadeurs du Saint-Siège de l’Argentine, Monaco et la Slovénie, qui continuera à soutenir le travail du Père Opeka et offert leur soutien à la nouvelle des travaux qui, comme celui-ci, peuvent être réalisés dans d’autres parties du monde et qui sont faits pour le bénéfice des plus pauvres. Qui sont-ils ont pu partager en étroite collaboration avec le Père Pedro Opeka, vincentienne trouver en lui un homme qui exprime la simplicité avec ce qu’ils veulent dire pauvres, dans les paroles de saint Vincent, « sont son poids et de la douleur ».

Ces pauvres gens d’Amakasoa sont toujours présents dans leurs pensées et dans leurs vies; Cela s’exprime en ces termes: « Je me fâche souvent contre les médias, car bien que de nombreux gouvernements puissent aider à mettre fin à la pauvreté, ils restent spectateurs, ce qui me met en colère ».

Il a également rappelé ce qu’elle a signifié pour lui d’être missionnaire vincentienne à Madagascar: « vivre en Akamasoa est, avant tout, l’action, pas des mots qui cachent jamais la vérité, nous cherchons à être clair quand nous faisons face aux problèmes et non sont l’éviter nous leur faisons face: c’est la sincérité. » Depuis 40 ans, le Père Opeka travaille à Madagascar, parmi les pauvres de la terre. Akamasoa, le nom a pris ce travail, dans la langue locale signifie « bon ami », c’est le nom de cette incroyable aventure, commencée par lui, il y a 29 ans, et non comme un rêve mais comme une réalité concrète.

Tout a commencé en 1989, dans la décharge d’Antananarivo, la capitale de Madagascar. Les pauvres qui ont vu ce dépotoir comme leur dernier refuge. Après avoir été expulsés des villes et des champs, ils ont creusé parmi les ordures, dans l’intention de trouver leur subsistance. Les enfants dormaient couverts de mouches. Là, ils sont morts jeunes et vieux, sans que personne ne prenne la tâche de les enterrer. La prostitution a été étendue. Cette image, celle d’hommes, de femmes et d’enfants vivant dans des conditions inhumaines, a brisé le cœur du père Opeka, qui a commencé à chercher un moyen d’aider les pauvres. Grâce au peu d’aide, d’abord reçu par les communautés religieuses locales, le père Pedro a pu développer son idée de la façon d’aider les gens à s’aider eux-mêmes. Il y avait une carrière de granit près de la décharge. Celui qui voulait y travailler pouvait produire des briques, des dalles et du gravier qui, vendus, auraient suffi pour acheter du riz et nourrir la famille. Ainsi, sous la conduite du Père Pedro, les habitants de la décharge ont commencé à vendre et, avec leur travail, un peu d’espoir a commencé à être entrevu.

Et ce magnifique travail parle d’elle-même:

  • 25 000 personnes ont bénéficié du projet social et vivent dans les villages d’Akamasoa. Chacune de ces villes possède des écoles, un dispensaire, un lieu de travail pour adultes: carrières, maçonnerie, menuiserie, agriculture et artisanat.
  • 30 000 sont les pauvres qui viennent chaque année à Akamasoa pour obtenir une aide spécifique: nourriture, médicaments et vêtements.
  • 13 000 sont des enfants qui bénéficient d’une éducation scolaire, grâce aux écoles construites.
  • 3000 sont les maisons qui ont été construites
  • En 2014, Akamasoa a été reconnu par l’État comme un projet d’intérêt public, ce qui confirme la nécessité de sa présence et de son action dans le fonctionnement social général de l’île. A la base du projet social du Père Pedro, il y a l’idée d’aider la personne à s’aider elle-même.

Source: cmglobal.org

Pin It on Pinterest

Share This