Sections

Cœur de St Vincent à la Paroisse de l’Immaculée Conception – Paris

La paroisse a eu l’honneur d’accueillir la Relique du cœur de Saint-Vincent-de-Paul au cours d’un triduum du jeudi 11 au dimanche 14 mai. Ce pèlerinage du cœur de Saint-Vincent-de-Paul en France marque l’anniversaire de l’année charnière dans la vie de ce saint français : 1617.

Nous sommes naturellement conscients de l’importance d’avoir un cœur en bonne santé. Nous percevons que ce cœur est malade lorsqu’il ne bat pas à son rythme normal, qu’il n’arrive plus à assurer la circulation du sang et qu’il ne nous permet plus  le moindre effort.

Il en va de même pour notre cœur spirituel.  Nous avons besoin qu’il soit en bonne santé tant pour notre vie personnelle que pour celle de l’Eglise. Notre cœur spirituel est en bonne santé lorsqu’il bat au rythme de l’amour de Dieu, lorsqu’il avive le corps mystique du Christ tout entier.

Jésus nous présente le secret de son cœur, celui de l’amour trinitaire, l’amour pour son Père dans l’Esprit.

Aujourd’hui, nous avons la joie d’accueillir en notre église le cœur de saint Vincent de Paul. Saint Vincent de Paul a fait l’expérience d’accorder, d’ajuster sa vie au cœur de Jésus, avec la joie d’en propager tout au long de sa vie les fruits de la tendresse.

Dans l’évangile Jésus, se présente comme le Chemin, la Vérité, la Vie .Le cœur de Jésus est chemin de vérité et de vie.

Jésus est chemin vers les hommes parce que son cœur s’est rendu proche de notre humanité. Avec tendresse, il a voulu nous manifester sa miséricorde.

Jésus est chemin vers nous et vers Dieu.  Vers nous pour nous rejoindre, et vers Dieu pour que nous apprenions à accorder nos cœurs dans un cœur à cœur avec le Père, son Père, notre Père.

Jésus est Vérité. Il nous révèle la beauté, l’authenticité, la valeur, la force de son amour. Loin d’être une faiblesse, la vérité s’impose avec tendresse, la vérité se révèle avec la douceur de la lumière du début du jour et dévoile l’authenticité du cœur de Dieu.

Jésus est Vérité.  Avec tendresse, il se rend présent dans notre cœur, dans un véritable cœur à cœur. Si nous l’acceptons, la vérité lumineuse de l’amour de Dieu se goûte dans la prière et peut rayonner du cœur d’un ami de Dieu à travers son témoignage.

Jésus est Vie, parce qu’il nous convie au mouvement, celui de l’amour trinitaire, et à la fécondité à travers notre joie et notre témoignage de charité. Jésus est vie parce qu’il anime chacun de ses membres que nous sommes pour que nous vivions  la tendresse de Dieu.

Ainsi, à l’imitation de ce grand saint qu’est saint Vincent de Paul, demandons la grâce de vivre dans un plus ample cœur à cœur avec Dieu le Père, comme Jésus, par la prière et le service de l’amour fraternel.

« Le Père qui demeure en moi fait ses propres œuvres.  Je suis dans le Père, et le Père est en moi ; Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père. »

Demandons, par l’intercession de Saint Vincent de Paul la grâce d’être missionnaire en osant parler non seulement avec notre tête mais avec notre cœur, en osant témoigner non seulement avec nos convictions mais avec notre cœur, en osant vivre non seulement avec nos valeurs mais avec notre cœur, avec un cœur plein de tendresse.

Oser la tendresse ! Oser la tendresse n’est pas, il convient de le répéter,  une marque de faiblesse. C’est prendre, comme Jésus, le chemin qui rapproche de l’autre, c’est vivre, comme Jésus, la vérité de la charité, la beauté de la vérité, et c’est goûter,  comme Jésus, la joie de la vie éternelle, de la vie divine.

Oser la tendresse dans sa relation conjugale. Oser la tendresse, la douceur dans la parole et dans le geste. Oser la tendresse dans son couple qui, avec le temps, peut voir s’installer la lassitude, l’exaspération, l’indifférence, la fatigue.

Oser la tendresse, dans la parole et dans le geste avec son frère, sa sœur, sa famille. Oser la tendresse en apprenant à parler calmement, en risquant, le cas échéant, un pas vers la réconciliation.

Oser la tendresse avec celui qui s’éloigne dans la solitude qui est peut-être l’une des plus grandes pauvretés dans notre si belle ville ! Soyons de ses mains extraordinaires qui savent apporter la douceur de la solidarité, de la fraternité.

Oser la tendresse avec celui qui nous rebute tant il est défiguré, déshumanisé. il nous répugne, et pourtant c’est un frère qui a besoin de notre tendresse, de notre délicatesse.

Oser la tendresse, avec celui avec qui il nous arrive d’être en conflit. La bêtise, la méchanceté, la violence ont trop leur place dans nos relations humaines.

Osons cette tendresse qui, il est vrai, nous expose, nous rend vulnérable, comme le cœur de Jésus d’ailleurs !

« Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes ».

Chers amis, la mission d’aujourd’hui est peut-être moins d’aller au loin à l’horizon, que de prendre le risque d’aller plus en profondeur, et de vivre, pour la révéler au monde, cette tendresse du Cœur de Dieu.

Benoît Bourgoin, curé 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire